print preview Retour Page d'accueil

Première cérémonie de remise de diplômes de l’ICT Warrior Academy

Fin octobre, les premiers stagiaires de l’ICT Warrior Academy de la Base d’aide au commandement (BAC) ont obtenu leur diplôme de spécialiste junior ou professionnel en systèmes informatiques. La cérémonie organisée à cette occasion a marqué la fin d’une année de dur labeur, mais aussi riche d’enseignements et placée sous le signe de la bonne humeur.

25.11.2021 | Communication Défense, Lorena Castelberg

Les stagiaires (de g. à d.) : Sebastian Bühler, Pierre Bovigny, Abisha Vijayakumar, Manuel Kummer, Dario Menzel, Frédéric Fasel, Martin Raemy, Christine Barbara Bohnert, Heinz Ryser, Hajrulla Azemi et Beat Schneider. Colonel EMG Lorenzo Pfister (chef EM BAC) et Thomas Staub (directeur ICT Warrior Academy). ©VBS/DDPS, Remo Tschuy

« Pour nous, l’ICT Warrior Academy était tout simplement l’académie des guerriers », déclare dans son discours de clôture Sebastian Bühler, un des sept participants au premier stage junior du centre de formation interne de la BAC. En novembre 2020, au faîte de la deuxième vague de la pandémie, les juniors ont commencé leur formation de spécialiste en systèmes informatiques. « Le coronavirus n’a cessé de mettre des obstacles sur notre chemin, mais nous les avons surmontés. Le passage aux cours en ligne, l’enseignement virtuel et l’annulation d’exercices internationaux ont exigé une grande souplesse de la part des stagiaires », nous dit Thomas Staub, directeur de l’ICT Warrior Academy.

Un centre de formation unique

Le colonel EMG Lorenzo Pfister, chef d’état-major de la BAC, est fier de ce qui a été réalisé : « La création de l’ICT Warrior Academy est un jalon important posé au sein de l’administration fédérale. Aucun autre département ou office fédéral ne peut se vanter d’avoir, en interne, pris l’initiative de mettre en place une infrastructure de formation spécialisée de cet acabit ». La BAC a créé ce centre pour pallier le manque de spécialistes dans le domaine et pour développer et favoriser le savoir-faire de l’organisation. « Dans un monde en perpétuel changement, le personnel de toute entreprise doit rapidement développer de nouvelles compétences. C’est d’autant plus vrai pour cette organisation étatique d’urgence qu’est la BAC si elle entend continuer de garantir la sécurité dans le cyberespace », ajoute le colonel EMG Pfister.

Les spécialistes de demain en systèmes informatiques

Face au défi, les guerriers de l’académie n’ont pas baissé les bras et ont notamment suivi des cours dans les domaines suivants : technique des réseaux, ITIL, conception créative, enregistrement et surveillance. Outre les capacités de cyberdéfense, les juniors ont aussi acquis des connaissances du monde militaire et des travaux d’état-major. Pour l’équipe entourant Thomas Staub, l’organisation du premier stage n’a pas non plus été une mince affaire : « Tout était en friche, ce qui, d’ailleurs, présentait certains avantages : nous pouvions créer quelque chose de nouveau et d’unique – un peu dans le style d’une start-up. Les stagiaires se sont engagés, ont serré les rangs et ont finalement constitué une équipe très soudée », dit-il, satisfait. Pendant une année, l’ICT Warrior Academy a formé les spécialistes de demain en systèmes informatiques, qui seront embauchés dans diverses divisions de cette institution. « Tout au long de cette année, nous avons donné à nos stagiaires de bons outils qui leur serviront dans leurs futurs postes de travail », déclare Thomas Staub.

Une formation dont la BAC et le projet de commandement Cyber récoltent les fruits

Abisha Vijayakumar, une des sept stagiaires, est fière de son parcours : « Comprendre les nombreux thèmes enseignés était un défi de taille. De la technique des systèmes au monde de la programmation, tout y est passé », dit-elle. Maintenant, elle applique ce qu’elle a appris dans le projet de commandement Cyber. Quant aux stagiaires professionnels, ils ont terminé avec succès leur formation après neuf mois et ont réintégré leur fonction, où ils peuvent mettre à profit leurs nouvelles connaissances. Ces stagiaires portent aussi un jugement positif sur leur période de formation et sur les compétences acquises, qu’ils pourront désormais utiliser à la BAC.