print preview Retour Page d'accueil

Comme un vent de renouveau

Plus de 130 militaires ont participé volontairement à des ateliers autour de l’innovation, et pu ainsi contribuer activement au processus d’amélioration de l’armée. Les échanges ont vu naître de nombreuses idées, tournées vers un objectif : concevoir une instruction plus efficace et optimiser les possibilités de concilier service d’instruction et vie professionnelle. Les premiers projets pilotes seront déjà lancés lors de la prochaine école de recrues.

13.10.2021 | Communication Défense, Anton Maurice Regli

Intégrer les personnes concernées dans la réflexion : tel était le but de ces ateliers auxquels ont participé les militaires.
Intégrer les personnes concernées dans la réflexion : tel était le but de ces ateliers auxquels ont participé les militaires. ©VBS/DDPS, Anton Maurice Regli

Au début de l’année, le chef de l’Armée, le commandant de corps Thomas Süssli, a présenté sa vision 2030+ pour l’armée. Depuis, son commandement a concrétisé les moyens de réaliser cette vision à travers des principes et axes stratégiques. Dans ce développement, il s’agit notamment de pouvoir proposer à la milice des offres d’instruction et de service modernes et flexibles. De plus, l’armée optimise progressivement l’instruction initiale ainsi que l’entraînement existants.

Associer la milice aux travaux

De par la conviction que ce processus ne sera mené à bien que dans l’unité, les militaires se sont vu intégrer à son élaboration dès la phase de brainstorming, et ont pu mettre à profit leur esprit créatif et critique. Via les médias sociaux, la milice a ainsi été invitée par l’équipe Projets et développement à participer aux ateliers correspondants.

Récolter, approfondir et échanger les idées

Dans dix ateliers, les participantes et participants ont élaboré en groupe des mesures à court terme et des options à moyen terme. Le but était de trouver des idées pour améliorer l’efficacité du service d’instruction et le rendre plus attractif.

Les six meilleurs projets ont été présentés à un jury « impitoyable », mais mis en place dans un esprit ludique. À la fin des présentations, l’ensemble des militaires ont voté, via un outil en ligne, pour les trois projets les plus prometteurs. Ceux-ci ont ensuite été développés lors d’une dernière phase, où il s’agissait de les considérer autant que possible sous différentes perspectives.

Lancement des premiers projets pilotes

Partant d’environ 300 idées, l’équipe Projets et développement a pu formuler plus de 50 solutions concrètes. Il faut noter que bon nombre de propositions se recoupaient. Beaucoup de thèmes sont d’ailleurs appliqués dans différentes formations d’application en tant que projets ou en phase de test, comme la numérisation de certains contenus d’instruction ou l’individualisation de l’apprentissage. En outre, les participantes et participants ont abouti à de nombreuses idées pour le développement à long terme du concept d’instruction et des modèles de service.

Depuis, les propositions pour le service d’instruction de base ont déjà été approfondies avec des militaires de carrière lors d’un atelier, et sept projets pilotes ont été rassemblés.

Ainsi, le Centre d’instruction de l’armée traite notamment du projet SPARTAN, qui consiste à vérifier les possibilités de commencer l’instruction en formation plus tôt lors de l’école de recrues. Par ailleurs, de plus en plus d’instructions devraient être organisées en séquences individuelles d’entraînement. Les personnes qui atteignent le niveau requis pourraient ainsi consacrer le reste du temps à disposition à acquérir des compétences supplémentaires. Reste à définir quels autres contenus de formation ou cours pourraient être proposés.

Un événement profitable

Les ateliers ont été avant tout une plateforme d’échange. L’équipe à leur origine a pu informer les militaires des projets en cours et des développements à venir. Par ailleurs, l’événement a permis de formuler des questions concrètes quant aux défis actuels. « C’est une sorte de renouveau » : voilà comment un des participants résume cette expérience.