print preview Retour Page d'accueil

La sécurité fait école

Vingt élèves de l’école cantonale de Frauenfeld, en Thurgovie, ont travaillé sur le thème de la sécurité durant la dernière semaine de septembre. Répartis en quatre groupes, ils ont cherché des solutions pour gérer une pénurie d’électricité. La semaine de la sécurité est un projet pilote qui présente l’activité des autorités en charge du sauvetage et de la sécurité et familiarise les jeunes avec ce travail.

11.10.2021 | Communication commandement de l’Instruction, Michael Senn

Élèves présentant leur travail
Les travaux résultant de la première semaine de la sécurité ont été présentés dans l’aula de l’école cantonale de Frauenfeld. ©VBS/DDPS Larissa Stämpfli

L’école cantonale de Frauenfeld ouvre la voie en organisant la première semaine de la sécurité. La semaine précédant les vacances d’automne y est consacrée traditionnellement à approfondir une thématique. Après un début de semaine mêlant enseignement frontal et atelier, les gymnasiennes et gymnasiens sont passés eux-mêmes à l’action, forts des connaissances fraîchement acquises au sujet de la planification militaire de l’action (méthode 5+2) et des compétences et moyens déployés par les autorités en charge du sauvetage et de la sécurité. Répartis en quatre groupes, ou task forces ils ont été invités à trouver des solutions visant à gérer une situation de pénurie d’électricité.

Perplexité et humour

Conséquence de la réduction du nombre de jours de service et des effectifs de l’Armée suisse, le citoyen en uniforme est une figure de moins en moins présente au quotidien et dans les familles. Pour une majorité de conscrits, la journée d’information à laquelle ils seront conviés à leurs 18 ans est leur premier contact avec l’armée. Pas étonnant donc que, pour ces jeunes, l’enseignement de la semaine sur la sécurité ressemble parfois à un voyage en terres inconnues. Cette perplexité a été exprimée par l’un des groupes dans sa présentation vidéo titrée « Bruda, was das ? », que l’on pourrait traduire par « Késaco, mon frère ? », et qui a nourri les rires du public.

Une présentation impressionnante

Le chef de l’état-major cantonal de conduite, Hans-Peter Schmid, a couronné le meilleur travail, que la task force sélectionnée a pu présenter à la conseillère d’État Cornelia Komposch. Exprimant l’avis de toutes les personnes présentes, la cheffe du Département de justice et police du canton de Thurgovie a félicité les jeunes pour la qualité de leur présentation et du plan proposé. « Je suis impressionnée par la manière dont vous avez saisi le problème et établi un riche catalogue de mesures en si peu de temps », leur a-t-elle déclaré. Le plan d’action présenté par les jeunes contenait une section DQS (« de quoi s’agit-il ? »), une évaluation de la situation, une analyse des risques, une prise de décision et un choix de moyens externes. Il se terminait par la présentation de variantes et la recommandation de la voie à suivre.

Des louanges

Le chef du commandement de l’Instruction, le commandant de corps Hans-Peter Walser, s’est lui aussi déclaré impressionné par la présentation. Il a félicité les jeunes pour leur courage : en s’annonçant librement pour cette thématique, ils n’ont pas hésité à se jeter à l’eau. Il a aussi souligné certaines particularités de notre système fédéral en rappelant que la sécurité ne va pas de soi. Pour finir, il a remercié tous ceux qui ont contribué au grand succès de cette rencontre. Les premiers retours sont positifs. Ali Kasisari, l’un des membres du groupe vainqueur, a d’ailleurs expliqué : « Je ne me rendais pas compte du nombre de tâches assumées par l’armée. J’en ai pris conscience cette semaine, en faisant l’exercice sur la pénurie d’électricité. » Vu le succès de cette première édition, les organisateurs peuvent espérer que la semaine de la sécurité fera école et sera reprise par de nombreux établissements scolaires en Suisse.

Un jeu d’équipe gagnant

Le commandement de l’Instruction de l’Armée suisse, et plus particulièrement son unité organisationnelle Acquisition, fidélisation et conseil, l’office cantonal en charge de la protection de la population et des affaires militaires, la police cantonale thurgovienne, les services de sauvetage et le corps des sapeurs-pompiers ainsi que l’école cantonale de Frauenfeld ont participé à l’organisation de la semaine de la sécurité. Les organes de sécurité et de sauvetage ont fourni le matériel d’enseignement sous forme d’exposés et surtout de présentations de leurs compétences et des moyens à leur disposition. Du côté de l’armée, l’infanterie a été présentée par l’école d’infanterie 11 et les moyens d’aide au commandement par l’école d’informatique 61.

Afin d’assurer le suivi, il s’agira maintenant d’évaluer les retours des jeunes, de l’école et des enseignants qui ont participé à la semaine. Le chef de projet, Peter Wiedl de l’entreprise WAYPOINT, s’est montré satisfait de cette première édition. Le commandement de corps Walser présentera en mai 2022 une évaluation détaillée à la Conférence gouvernementale des affaires militaires, de la protection civile et des sapeurs-pompiers (CG MPS).

Photos