print preview Retour Page d'accueil

Dernier piqué du Rapier

Les groupes d’engins guidés mobiles DCA 4 et 11 ont effectué cette année ensemble, fusionnés en un seul groupe, leur dernier cours de répétition avec le Rapier. Ce système de défense contre avions est resté près de quatre décennies en fonction, contribuant ainsi à la sécurité de l’espace aérien suisse. Avec l’exercice « Chess », son histoire fructueuse prend fin dignement.

08.09.2021 | Gr mob eg DCA mob 411, lt col Michael Senn

Un lanceur opérationnel est en position. @VBS/DDPS, Sdt Deniz Simsir

Les 40 unités de feu Rapier restantes ont été engagées une dernière fois sur le terrain. Afin de prendre dignement congé du système d’arme archaïque, les deux groupes d’engins guidés mobiles DCA, 4 et 11, ont fusionné en un seul groupe 411 pour leur dernier cours de répétition. Sous la conduite du major Philipp Schumacher, ils ont pu déployer à nouveau leur pleine puissance dans le cadre de l’exercice « Chess ».

Efficacité élevée

Deux batteries de combat à vingt unités de feu, avec le soutien logistique de la batterie d’état-major, atteignent une protection de l’espace d’environ 1000 km2, ce qui équivaut plus ou moins à la superficie du canton de Thurgovie. Leurs radars repèrent les cibles jusqu’à 11,5 km au maximum, tandis que les lanceurs peuvent atteindre une portée de 3 km à la verticale et de 7 km à l’horizontale. Cela permet au groupe de protéger l’infrastructure et les formations mécanisées contre des attaques aériennes.

Quarante ans de Rapier

Dans le cadre du programme d’armement 1980, 60 unités de feu de type Rapier avaient été achetées au constructeur British Aerospace. Elles ont été livrées à l’Armée suisse entre 1984 et 1986. Le système d’arme a été remis à niveau plusieurs fois sur le plan technique et a subi à deux reprises d’importantes mesures d’accroissement de la valeur. L’introduction des engins guidés Mark II entre 2004 et 2007 a été une étape majeure. La défense contre avions et, avec elle, les « rapiéristes » ont élu domicile sur la place d’armes d’Emmen. Un personnel enseignant chevronné et une infrastructure de simulation bien équipée ont permis de dispenser une instruction réaliste, et les aspects tactiques ont pu être entraînés dans le cadre d’exercices.

Point d’orgue festif

Après l’exercice le temps de la mise hors service est arrivé : le 8 septembre dernier, le groupe a envoyé le système d’arme à la Base aérienne d’Alpnach pour une préretraite bien méritée. Lors d’un défilé, les unités de feu ont été présentées une dernière fois devant un parterre d’invités et d’invitées avant de faire leurs adieux. Ce fut le dernier piqué du Rapier, qui par chance, n’a jamais eu à toucher sa cible.

Mise hors service du Rapier

006

Le 30 juin 2021, le Conseil fédéral a annoncé l’acquisition prévue de cinq unités de feu Patriot. Le système est en mesure de protéger des secteurs de manière autonome ou conjointement avec les avions de combat. Il peut être engagé à bien plus de 20 000 mètres d’altitude et sur une distance largement supérieure à 50 kilomètres. Patriot contribue ainsi grandement à la défense aérienne intégrée. Pour le moment, les systèmes DCA restants, à savoir le système 35 mm à moyenne portée et le système léger Stinger, permettent encore de combattre des cibles dans l’espace aérien inférieur, et ce malgré leurs capacités limitées. Le système d’engins guidés Rapier sera officiellement mis hors service à la fin 2022.