print preview Retour Page d'accueil

Gros plan sur la capacité d’engagement et de conduite

Dans le cadre de l’exercice d’état-major GLADIUS, le brigadier Tüscher, commandant de la brigade mécanisée 1, a mis à l’épreuve le bataillon de chars 12, sa compagnie d’état-major devant notamment entraîner le montage, l’utilisation et le démontage de l’infrastructure de commandement.

26.07.2021 | Bat chars 12, Amos Haag

Entraînement de la capacité d’engagement et de conduite de l’état-major dans une infrastructure mobile de commandement, en présence d’invités internationaux.
Entraînement de la capacité d’engagement et de conduite de l’état-major dans une infrastructure mobile de commandement, en présence d’invités internationaux.

Une des compétences essentielles de l’état-major dans le traitement des questions tactiques consiste à savoir utiliser le Système d’information et de conduite des Forces terrestres (SIC FT). Ce système est une aide aux prises de décisions situationnelles puisqu’il permet de les étayer par des représentations numériques de contextes, des planifications et des explications. Durant l’exercice, les échanges entre l’état-major, dans sa fonction de conseil, et le commandant de bataillon, dans son rôle de décideur, ont permis de discuter de ces considérations d’ordre tactique. Le lieutenant-colonel Oswald, commandant du bataillon, suivait les concepts présentés en déterminant, grâce à ce dialogue, les variantes les plus adaptées. Pour favoriser une prise de décision selon une approche factuelle, la précision des énoncés avait son importance.

Observateurs des pays voisins

Les chefs des forces armées allemandes, autrichiennes et suisses ont honoré le bataillon de chars 12 d’une visite lors de l’exercice GLADIUS. Tout en assistant aux opérations, les membres de la délégation D-A-CH ont discuté du concept de l’armée de milice en s’appuyant sur l’exemple suisse. Ils ont pu constater que le bataillon engagé, composé presque exclusivement de militaires de milice – à l’exception d’un officier et de quelques sous-officiers de carrière –, était en mesure de réaliser un exercice de combat entre compagnies avec tirs réels trois jours seulement après le début de son cours de répétition. L’état-major a aussi reçu des félicitations pour son impressionnante planification de l’action, dont le produit final comprenait un ordre d’engagement et ses annexes.

Efficacité constatée

Le bilan du brigadier Tüscher était très positif. La maîtrise du SIC FT et l’intégration optimale des remarques ont permis à l’état-major de travailler efficacement. L’organisation et la durée des rapports ont également eu un effet favorable sur le résultat. Le travail d’état-major a progressé de manière significative durant cet exercice grâce au savoir technique combiné à une attitude appropriée tant du côté de l’état-major que du commandant du bataillon.