print preview Retour Page d'accueil

« Je vais tirer profit de l’instruction de cadre militaire »

Le lieutenant Céline Schneider est le quartier-maître du bataillon de chars 12. Dans la vie civile, elle travaille en qualité d’assistante personnelle d’un cadre supérieur de la poste. Dans cette interview, elle répond à des questions sur sa carrière militaire, qui influence également sa vie civile.

30.07.2021 | Communication Défense, Nicola Jorio, PIO bat chars 12

Le lieutenant Céline Schneider est le quartier-maître du bataillon de chars 12. La capacité à travailler de manière structurée et le sens des responsabilités acquis lors de la formation des cadres sont aussi un véritable atout dans sa vie civile.
Le lieutenant Céline Schneider est le quartier-maître du bataillon de chars 12. La capacité à travailler de manière structurée et le sens des responsabilités acquis lors de la formation des cadres sont aussi un véritable atout dans sa vie civile. ©VBS/DDPS, Nicola Jorio

Lieutenant Céline Schneider, qu’est-ce qui vous a incitée à suivre la formation de quartier-maître ?

Bonne question ! Cette formation est très variée. Même si le travail se limite principalement à des services en arrière-plan, je peux cependant avoir un aperçu de nombreux aspects de l’armée. En outre, les compétences acquises lors de la formation pour devenir quartier-maître et cadre sont également utiles dans la vie civile.

Dans quelle mesure avez-vous profité de l’instruction militaire ?

Avant tout, elle m’a été bénéfique sur le plan personnel. J’ai notamment appris à travailler de manière structurée. La structure prend un nouveau sens lorsque vous avez des responsabilités, des subordonnés et que vous devez montrer le bon exemple. Si je devais à l’avenir occuper un poste de direction, l’instruction de cadre militaire me serait très utile. Dans la vie quotidienne à l’armée, vous êtes conscient des conséquences sur les autres de vos actions et de vos décisions. En outre, il est également important de suivre un fil conducteur dans votre travail et de ne pas agir à tort et à travers. Il importe de faire preuve de constance vis-à-vis des subordonnés, mais aussi vis-à-vis des supérieurs. J’ai dû développer cette compétence pendant mon service militaire.

L’instruction militaire a-t-elle également eu une influence sur votre travail civil ?

J’ai avant tout une responsabilité envers mes supérieurs. C’est pourquoi je dois évaluer exactement quel impact auront mes actions et quelles pourraient être, par exemple, les conséquences d’une mauvaise planification. L’instruction militaire et la vie quotidienne au sein de l’armée ont aiguisé cette conscience.

À qui recommanderiez-vous une carrière militaire ?

Je recommande notamment une carrière militaire aux jeunes qui veulent développer leurs compétences en matière de conduite et apprendre à travailler de manière structurée. Il faudrait également avoir un intérêt pour l’armée. Je pense aussi qu’une dose de confiance en soi est nécessaire. Ainsi, il est plus facile de s’imposer et de dire ce que l’on pense. La capacité à accepter la critique est également importante et avoir la peau dure constitue un avantage. L’armée nous prépare ainsi à assumer des responsabilités dans la vie civile également.

Thèmes associé

Le système de milice suisse