print preview Retour Page d'accueil

Engagement de l’armée emue aux larmes

Rapide, flexible et efficace, le bataillon du génie 6 a apporté son aide au village de Cressier. À coups de pioche, de pelle et avec l’intervention d’engins lourds, l’armée a aidé à déblayer le village touché par une coulée de boue due aux intempéries. La population a apprécié cet engagement, qui a profondément ému le président de la commune.

12.07.2021 | Communication Défense, Christoph Merki/Roland Studer

Des militaires du bataillon du génie 6 dégagent les rues du village de Cressier (NE), ensevelies sous une couche de boue et de gravats charriés par les eaux
Des militaires du bataillon du génie 6 dégagent les rues du village de Cressier (NE), ensevelies sous une couche de boue et de gravats charriés par les eaux. @VBS/DDPS, Giuliano Borter

L’ordre d’engagement a été donné rapidement. Le bataillon du génie 6 était en cours de répétition lorsque le village de Cressier (NE) a appelé à l’aide. À peine la demande d’appui de l’armée approuvée, les premiers militaires du bataillon du génie 6 arrivaient déjà à Cressier. Les dégâts causés par les orages étaient considérables : les rues du village, situé entre les lacs de Neuchâtel et de Bienne, se trouvaient ensevelies sous une couche de boue et de décombres divers.

Cependant, sécuriser le Ruhaut était prioritaire. « Une énorme quantité de gravats, de bois et de boue s’était accumulée dans le lit de la rivière. Nous l’avons dégagé le plus rapidement possible pour que les eaux puissent s’écouler en cas de nouvelles intempéries », se remémore Giuliano Borter, l’officier de presse et d’information. En prévision d’autres orages, les militaires ont aussi construit un bassin de rétention en amont du village pour recueillir et évacuer les eaux du Ruhaut ainsi que les gravats transportés par la rivière. Ils ont également enlevé les branches et d’autres matériaux entravant le cours des ruisseaux souterrains.

Sous les applaudissements du public

Dans le village, les soldats ont travaillé avec des machines de construction lourdes telles que des pelles mécaniques et des camions. Mais ils ont surtout dégagé les rues du village à l’aide de pioches et des pelles : « C’était un travail très éprouvant, éreintant. Mais tout le monde était très motivé et se donnait à fond », se félicite Giuliano Borter. « C’était génial de montrer ce qu’un bataillon de génie peut faire ». Les habitants de Cressier ont grandement apprécié cet engagement. Ils ont accueilli l’armée par des applaudissements lorsqu’elle est arrivée avec des machines, des équipements et des spécialistes dont l’aide était urgemment nécessaire.

Les responsables de l’armée ont également pu se faire une idée du travail compétent du bataillon du génie 6. Le chef du commandement des Opérations, le commandant de corps Laurant Michaud, et les commandants des divisions territoriales 1 et 2, les divisionnaires Yvon Langel et Daniel Keller, se sont dits impressionnés.

 « Nous avons simplement fait notre travail »

Jean-Bernard Simonet, président de la commune de Cressier, a également gardé un souvenir impérissable de l’aide « rapide et efficace » apportée par l’armée. « J’ai été profondément touché par la manière dont les militaires ont mené à bien cette mission difficile ; pour eux, cette intervention allait de soi et il n’était à aucun moment question de baisser les bras », déclare M. Simonet. L’engagement de l’armée a permis d’éviter le pire. En témoignage de sa profonde reconnaissance pour leur précieux travail, le président de la commune de Cressier a remis à chaque soldat un petit cadeau provenant de la région. Il en avait presque les larmes aux yeux.

L’officier spécialisé Giuliano Borter sait combien le soutien du bataillon du génie 6 a été apprécié, mais il reste modeste : « Nous avons simplement fait notre travail. » Après tout, c’est pour cela que l’armée et le bataillon du génie 6 sont là : pour aider lorsque l’on a besoin d’eux.