print preview Retour Page d'accueil

Engagement réussi contre les punaises de lit

Les punaises de lit sont un fléau contre lequel il est difficile de lutter, dans les casernes aussi. L’armée dispose cependant d’un panel de mesures lui permettant d’en venir à bout. Et elle envisage aussi d’engager des chiens limiers qui détectent les insectes avant que ceux-ci ne se multiplient..

16.07.2021 | Communication Défense, Fahrettin Calislar

De temps en temps, l’armée trouve des hôtes indésirables dans ses cantonnements : les punaises de lit.
De temps en temps, l’armée trouve des hôtes indésirables dans ses cantonnements : les punaises de lit. ©VBS/DDPS, Yves Bachmann

Ce n’est pas fréquent, mais il arrive parfois que des punaises de lit viennent se nicher dans des cantonnements de l’armée. Principalement pendant la saison d’été. Lutter contre ces insectes est coûteux et la méthode choisie dépend de l’ampleur de l’infestation. D’abord, le cantonnement est rangé, puis nettoyé et désinfecté. Des radiateurs soufflants spéciaux placés dans les chambres permettent de se débarrasser de ces parasites. En effet, la chaleur tue les punaises et leurs œufs. Les textiles et les sacs de couchage sont lavés à plus de 60 degrés ou soumis à un nettoyage chimique au Centre textile de la Base logistique de l’armée à Sursee. Pour les gros objets comme les matelas, des spécialistes interviennent avec une remorque de désinfection. Quant aux petits objets, ils sont placés au réfrigérateur pendant plusieurs jours. Les punaises de lit supportent en effet des températures entre moins 18 et 60 degrés.

Des souvenirs de voyage indésirables

Ces petits insectes de 5 mm en moyenne sont actifs la nuit et se nourrissent de sang humain. Des piqûres rouges sur le corps sont le premier signe d’une infestation. Lorsque les punaises de lit se multiplient dans les casernes, cantonnements communaux et camps militaires, ce n’est par manque d’hygiène de certains militaires. Les punaises se cachent dans les fentes des lits, puis elles se retrouvent dans les matelas, les habits et les bagages. Le tourisme de masse est un facteur de propagation de ces parasites partout de par le monde. Une valise ouverte sur un lit au moment de faire ou de défaire ses bagages est un moyen de transport parfait pour elles.

Des chiens limiers contre les punaises de lit ?

Le Service vétérinaire de l’armée prévoit d’engager à l’avenir de chiens spécialement formés à la détection des punaises de lit. Avec leur odorat très développé, ils sont un moyen efficace de lutter contre ces nuisibles. L’armée souhaite faire inspecter systématiquement les emplacements de ses troupes pour y détecter des infestations éventuelles de punaises de lit.

D’après Mark Salathé, chef Économie d’entreprise et gestion de portefeuilles de projets de la Défense, l’engagement de chiens formés et certifiés est le moyen le plus efficace de détecter des punaises de lit : « Une intervention rapide permet d’empêcher la propagation incontrôlée d’une infestation et la fermeture d’installations. » D’ici à ce que les chiens limiers soient disponibles, l’armée a recours, au besoin, à des conducteurs de chien privés et à leurs animaux certifiés dans la détection de punaises de lit.

L’armée utilise différents moyens pour lutter contre les parasites dans ses cantonnements.
L’armée utilise différents moyens pour lutter contre les parasites dans ses cantonnements. ©VBS/DDPS, Sina Guntern