print preview Retour Page d'accueil

Un an depuis le début de l’engagement CORONA

Les militaires, fournissant un effort considérable, ont contribué à lutter contre la pandémie de coronavirus sur bien des fronts. Il y a un an jour pour jour débutait le service d’appui, avec une mobilisation partielle de l’armée effectuée sur décision du Conseil fédéral.

16.03.2021 | Communication Défense, Fahrettin Calislar

Dans plusieurs domaines, les militaires ont apporté un appui aux organisations d’intervention d’urgence tant du point de vue technique que logistique. (Photo ©VBS/DDPS Alexander Kühni)
Dans plusieurs domaines, les militaires ont apporté un appui aux organisations d’intervention d’urgence tant du point de vue technique que logistique. (Photo ©VBS/DDPS Alexander Kühni)

Tant au sol que dans l’espace aérien, l’armée a contribué par son engagement à amortir les effets négatifs de la situation exceptionnelle engendrée par le COVID-19. Dès le printemps 2020, des militaires ont ainsi apporté leur appui au personnel des établissements de santé civils, à l’Administration fédérale des douanes et au Corps des gardes-frontière, contribuant de toutes leurs forces à endiguer la pandémie qui a touché la Suisse en février.

 Nous sommes prêts et nous allons remplir nos missions. La troupe est en mesure d’apporter l’aide nécessaire. 

Commandant de corps Thomas Süssli, chef de l’Armée

Une mobilisation réussie

Conséquence de cette pandémie : la plus importante mobilisation de l’armée depuis la Deuxième Guerre mondiale. En effet, il était rapidement clair que seule cette institution disposait des moyens pour apporter un appui rapide et massif aux services de santé surchargés. Réserve stratégique de la Confédération, l’armée peut être engagée par le gouvernement de manière à renforcer la capacité à durer des organes cantonaux, en particulier dans les domaines de la santé, de la logistique et de la sécurité.

 Ici, on a besoin de moi et je peux acquérir des expériences uniques. 

Johanna Blickenstorfer, bataillon d’hôpital 66, infirmière diplômée ES dans le civil, en engagement au Bruderholzspital (BL)

Le 16 mars 2020, le Conseil fédéral a donc décidé d’engager 8000 soldats et cadres militaires en service d’appui jusqu’à fin juin. Au plus fort de la pandémie, ils ont été environ 5000 sur le terrain.

 Rendre service à la société en effectuant les tâches que l’on exerce d’habitude durant les cours de répétition, c’était vraiment quelque chose de particulier.  

Officier spécialiste Anthony Cornu, laboratoire de défense 1, CFC de laborant en biologie dans le civil, en engagement au Laboratoire de Spiez (BE)

Un engagement rapide et efficace

Le but de l’armée et du Conseil fédéral était d’engager aussi vite que possible des troupes spécialisées entièrement équipées. Dans ce contexte, la réintroduction du système de mobilisation, effectuée en 2017 dans le cadre du développement de l’armée, a constitué un point essentiel. L’ordre de marche a ainsi été transmis aux militaires par alarme électronique, qu’ils ont reçue par exemple directement sur leur téléphone portable.

 Nous avons contribué à éviter la propagation du virus et la plupart des gens ont témoigné de l’estime pour notre travail. 

Appointé Yves Wieser / soldat Gian Gmünder, bataillon de police militaire 3, en engagement auprès du Corps des gardes-frontière

Quarante-huit heures après la convocation par voie électronique, de nombreux militaires se trouvaient sur les différents sites assignés et recevaient l’instruction axée sur l’engagement. Ils n’ont souvent pas dû attendre longtemps avant de passer à l’action. Un nombre appréciable de militaires se sont même annoncés spontanément pour effectuer du service.

 Nous sommes habitués à ce genre de travail et tout se déroule comme prévu. Chaque année, nous nous entraînons à la mobilisation et nous sommes donc prêts. 

Florian Jayet, responsable de mandat du Centre logistique de l’armée Grolley, à Moudon (VD)

L’armée engagée de manière globale

Le personnel sanitaire militaire a participé au transport de patients. Les soldats d’hôpital ont aidé à mettre en place et à assurer le fonctionnement de stations sanitaires spécialisées, l’infanterie et la police militaire sont venus en renfort du Corps des gardes-frontière pour le contrôle des frontières nationales. Des hélicoptères des Forces aériennes ont plus d’une fois effectué des surveillances aériennes pour le compte de l’Administration fédérale des douanes. Et du côté de la logistique sanitaire, on s’est activé pour préparer des respirateurs et du produit désinfectant. Bref, toutes les composantes de l’armée étaient engagées pour assurer les capacités sanitaires et protéger la population du pays.

 L’esprit positif de ces jeunes gens me réjouit. Ils ne rechignent pas à la tâche et sont prêts à servir le peuple suisse même si cela implique certains sacrifices. 

Brigadier Guy Vallat, commandant de la Formation d’application de la logistique et responsable de l’école sanitaire à Airolo (TI)

Beaucoup de gratitude

Suite à cet engagement de l’armée, les retours ont été en grande partie positifs et la gratitude exprimée face au travail des militaires était sensible. Nombreux sont les cantons et les institutions qui ont saisi l’occasion de formuler des remerciements officiels pour cet appui. Rétrospectivement, les militaires et les collaborateurs de l’administration militaire qui ont contribué à l’efficacité de l’engagement peuvent être fiers de ce qu’ils ont accompli. La population et le commandement de l’armée les remercient.

 Pendant la pandémie de coronavirus, notre armée était engagée 24h sur 24 afin d’assurer la sécurité de la population. Elle a démontré qu’elle était prête à agir lorsque l’on a besoin d’elle. 

Commandant de corps Thomas Süssli, chef de l’Armée

Aujourd’hui, un an plus tard, des troupes peuvent toujours être envoyées en appui à des organismes de santé publique. À la demande de plusieurs cantons, un nouveau service d’appui a été décidé par le Conseil fédéral le 4 novembre 2020. Il est prévu qu’il se termine fin mars 2021 au plus tard.