print preview Retour Page d'accueil

Un employeur qui offre de perspectives

Avec quelque 9500 collaborateurs dans plus de 200 métiers différents, l’Armée suisse est le plus grand employeur de l’administration fédérale. Elle offre des perspectives de carrière passionnantes et variées. Mais quels défis devra relever le domaine du personnel dans les années à venir ? Après une année décisive pour le domaine Personnel de la Défense, nous faisons le point avec son chef, Daniel Gafner.

15.03.2021 | Communication Défense, Anthony Favre

L’armée est un employeur national avec plus de 9500 collaborateurs dans toute la Suisse, dont deux tiers sont des civils. (©VBS/DDPS: Jonas Kambli).
L’armée est un employeur national avec plus de 9500 collaborateurs dans toute la Suisse, dont deux tiers sont des civils. (©VBS/DDPS: Jonas Kambli).

Monsieur Gafner, selon vous, pourquoi l’armée est-elle un employeur attractif ?

Il y a plusieurs raisons. Tout d’abord, l’armée offre des places de travail passionnantes et exigeantes dans une multitude de fonctions. Nous sommes un employeur national, avec plus de 9500 collaborateurs dans toute la Suisse, dont deux tiers sont des civils. Nous formons également 500 apprentis dans 35 métiers différents. En outre, nos collaborateurs accomplissent un travail important pour la sécurité et la liberté de notre pays. En conséquence, l’armée encourage activement le développement de ses collaborateurs et investit constamment dans la formation continue. 

Où y a-t-il encore du potentiel d’amélioration ?

Je pense que nous pouvons nous améliorer en matière de recrutement, d’instruction et de promotion des collaborateurs. Nous devons également nous adapter aux nouvelles formes de travail en lien avec les évolutions de la société, en particulier en ce qui concerne les militaires de carrière. Augmenter la proportion des femmes dans l’armée est également un objectif important à atteindre. 

En 2020, la pandémie de coronavirus a modifié les conditions de travail de nombreux collaborateurs. Comment le Pers D se positionne-t-il par rapport à ces nouvelles formes de travail ?

Nous intensifions encore nos efforts en faveur des formes de travail flexibles. Nous essayons d’intégrer les transformations digitales et de prendre en compte le « work-life balance ». Cette question est évidemment liée à l’attractivité du groupement Défense comme employeur. C’est pourquoi je soutiens entièrement cette évolution. Mais le changement de culture d’entreprise qui en résulte doit être réalisé étape par étape, dans l’ordre, en prenant en compte les différentes réalités professionnelles. Je suis convaincu que nous sommes sur la bonne voie.

Quels sont les défis majeurs à relever pour les années à venir dans le domaine du personnel ?

Nous devons réussir le changement de culture mentionné précédemment, en lien avec les nouvelles formes de travail. Un défi majeur nous attend ensuite en termes de développement d’un nouveau profil professionnel dans le cadre du projet militaire de carrière 4.0. Nous devons également nous attaquer à la pénurie de collaborateurs dans les métiers de l’informatique, les métiers manuels et le domaine médical. Ce n’est que si nous nous concentrons dès aujourd’hui systématiquement sur la relève dans ces professions que nous aurons demain des collaborateurs bien formés au bon endroit et au bon moment. Finalement, nous devons également continuer à nous développer en matière de numérisation dans le domaine des RH, par exemple pour le recrutement du personnel.

Daniel Gafner, chef Personnel de la Défense : « Nos collaborateurs accomplissent un travail important pour la sécurité et la liberté de notre pays ». (©VBS/DDPS, Dominique Schütz)
Daniel Gafner, chef Personnel de la Défense : « Nos collaborateurs accomplissent un travail important pour la sécurité et la liberté de notre pays ». (©VBS/DDPS, Dominique Schütz)

Daniel Gafner est le chef du domaine Personnel de la Défense depuis 2003. Il conduit le Personnel de la défense, soit le centre de compétences RH et le service center. Il est en outre responsable de la conduite et de l’instruction spécifique des conseillers RH. Il conseille également le chef de l’Armée ou le commandement de l’armée en matière de personnel et gère des conférences ainsi que des projets sur le thème du personnel.