print preview Retour Page d'accueil

Reprise bienvenue du matériel de protection médicale excédentaire

La Pharmacie de l’armée vend au système de santé publique, pour un centime la pièce, des masques d’hygiène dont la date limite d’utilisation est proche. Jusqu’au 9 mars 2021, plus de 6,43 millions de masques ont été écoulés ou remis gratuitement à des institutions d’utilité publique. Cette campagne permet de réduire les stocks constitués sur mandat de la Confédération, mais aussi les coûts.

12.03.2021 | Communication Défense, Fahrettin Calislar

Approvisionnement garanti grâce à l’acquisition de matériel de protection par la Pharmacie de l’armée.
Approvisionnement garanti grâce à l’acquisition de matériel de protection par la Pharmacie de l’armée. © VBS/DDPS, Alexander Kühni

Depuis le 22 février 2021, la Pharmacie de l’armée vend des masques d’hygiène à des prix fortement réduits. Ainsi, les cantons, les communes, les homes et les écoles peuvent acheter des masques pour la somme symbolique d’un centime la pièce. Ils profitent en effet des excédents de stocks constitués durant la première vague de la pandémie sur mandat de la Confédération, dans un souci d’éviter des lacunes d’approvisionnement. Une bonne partie de ces masques atteignent leur date de péremption à la fin 2022.

Premier bilan positif

La Pharmacie de l’armée a lancé une campagne de vente directe des produits arrivant à expiration. En dix jours seulement, elle a réussi à vendre 6,43 millions de masques, et il lui reste encore 20,1 millions de masques dont la durée d’utilisation échoit en mai 2021. Les recettes de cette campagne permettront à la Confédération d’abaisser rétroactivement les coûts des produits acquis au plus fort de la pandémie, alors que les prix du marché étaient élevés. Toutefois, les institutions de santé publique bénéficiant de cette offre ne peuvent acquérir ces produits que pour leur usage propre. La revente à des tiers leur est interdite. Sur demande, le matériel de protection est aussi offert à des organisations d’utilité publique : c’est ainsi que 34 000 litres de désinfectant ont été distribués gratuitement au cours des dernières semaines.

Éviter la destruction de matériel en parfait état

La campagne de vente répond à l’intention du chef de la Base logistique de l’armée, le divisionnaire Thomas Kaiser. L’armée souhaite en effet éviter de devoir détruire du matériel de protection en parfait état juste à cause d’une date d’expiration. « Ces masques appartiennent à la population, ils ont été financés avec l’argent du contribuable », déclare le divisionnaire Kaiser. Il espère donc que la demande de masques persiste. Au total, environ 40 millions de masques de protection de différents types pourraient être vendus. Les 130 millions de masques restants, soit une réserve couvrant 40 jours de consommation, sont destinés à l’approvisionnement subsidiaire du système civil de santé publique en cas de nouvelles vagues de l’épidémie.

Vente de matériel de test

En outre, l’armée vend désormais du matériel nécessaire aux tests COVID‑19 (pour les prélèvements d’échantillons et les extractions) ainsi que quelque 870 000 kits de test PCR arrivant à échéance. L’OFSP a chargé l’armée de réduire ses stocks étant donné que l’approvisionnement est actuellement garanti dans ce domaine. Les bénéficiaires de cette action sont tenus de ne pas revendre ces produits, achetés à des prix très avantageux.

La remise de matériel de protection et de test à des partenaires civils et à des organisations caritatives permet de soutenir les communes, les cantons et le système de santé publique.