print preview Retour Page d'accueil

Mesures de protection à l'école de recrues

L'armée doit assurer l'instruction et la disponibilité opérationnelle de ses troupes en toute circonstance. C'est pourquoi le concept de protection éprouvé durant les dernières écoles de recrues 2/2020 continue de s'appliquer durant l'école de recrues d'hiver 2021. L'armée prend toutes les mesures nécessaires pour assurer la santé de ses recrues et poursuivre l'instruction.

16.02.2021 | Communication Défense, Anthony Favre

L'armée prend toutes les mesures nécessaires pour assurer la santé de ses recrues et poursuivre l'instruction. (Image symbole, ©VBS/DDPS, Dominic Walser.)
L'armée prend toutes les mesures nécessaires pour assurer la santé de ses recrues et poursuivre l'instruction. (Image symbole, ©VBS/DDPS, Dominic Walser.)

Quelque 12'000 recrues et 2800 cadres sont entrés en service le 18 janvier et le 8 février pour l'école de recrues d'hiver 1/2021. Il s'agit de la troisième ER placée sous le sceau du Covid-19. Le plan de protection, qui a déjà fait ses preuves lors des ER 2/2020, continue d'être mis en œuvre de manière rigoureuse et peut faire l’objet d’adaptations en cas de besoin. L'armée assure ainsi la poursuite de l'instruction tout en garantissant la santé de ses militaires.

Un concept de protection efficace

Dès leur entrée en service, toutes les recrues ont été testées au SARS-CoV-2. Les cas positifs sont confinés et soignés à l'infirmerie ou au Centre médical régional (CMR). De même, si une personne est infectée pendant le service malgré toutes les précautions prises, elle est immédiatement placée en isolation, et un médecin de troupe veille sur elle tant qu’elle n’est pas entièrement guérie. Les personnes ayant été en contact étroit avec des personnes testées positives sont placées en quarantaine et ne sont pas autorisées à se mélanger au reste des militaires présents sur la place d'armes.

Une mise en œuvre rigoureuse

Le concept de protection a fait ses preuves. C'est pourquoi sa mise en œuvre de manière rigoureuse reste importante: le respect des distances dans toutes les situations (aussi pendant les pauses), le port de masques et une bonne hygiène des mains. Les mesures d'hygiène prises sont systématiquement appliquées dans la vie militaire quotidienne et font l'objet de contrôles réguliers.

Adaptation des congés

Les congés généraux ont été suspendus durant les trois premières semaines d'ER. Cette mesure permet d’empêcher que les militaires contaminent les casernes après un séjour dans leur environnement privé. Une telle diffusion du virus a été à l’origine de la plupart des infections survenues à l’armée par le passé. Ces suspensions servent également à protéger les familles des militaires et contribuent grandement à la réduction des risques.

La nécessaire responsabilité individuelle

Toutes ces mesures sont néanmoins insuffisantes si les militaires ne font pas preuve de responsabilité individuelle. Que ce soit durant les pauses ou bien le soir dans les dortoirs ou les salles de séjour, c'est le rôle de chaque militaire de veiller à respecter les distances de sécurité, et, le cas échéant, à porter un masque. De même, en cas de symptômes, il faut s'annoncer sans tarder pour la visite médicale afin d'être testé. Ainsi, en cas de test positif, le militaire concerné peut immédiatement être isolé du reste de la troupe.

Ces mesures rigoureuses permettent de réduire le risque de propagation du virus au sein de l’armée, de protéger la santé des militaires et de leur entourage et de garantir l’instruction et la disponibilité opérationnelle de l'armée.