print preview Retour Page d'accueil

À la hauteur de la montagne

Les exigences imposées aux spécialistes de montagne de l’armée sont très élevées car la montagne peut être un lieu d’engagement impitoyable. Le Centre de compétences du service alpin de l’armée propose aussi des formations à d’autres domaines de l’armée ainsi qu’aux partenaires de protection et de sauvetage.

25.01.2021 | Communication Défense, Ruth van der Zypen

Hauptbild_fr
Les spécialistes de montagne de l’armée possèdent des compétences particulières et jouissent d’une grande reconnaissance. © VBS/DDPS, Philipp Schmidli

Si le Plateau peut être épargné par la neige, sur la place d’armes d’Andermatt, à près de 1500 mètres d’altitude, l’hiver est rigoureux. C’est pourquoi l’armée assure la formation et l’entraînement dans toutes les compétences nécessaires pour affronter les défis de la montagne. Et ceux-ci sont nombreux : le territoire suisse est recouvert aux deux tiers par des massifs montagneux ou des terrains peu praticables. Or, l’armée doit aussi pouvoir y remplir ses missions.

Formation et contrôle du matériel

L'ancien commandant, le colonel d’état-major Marco Mudry, aime son travail. « Nous pouvons transmettre des connaissances importantes aux futurs spécialistes de montagne. » Le Centre de compétences du service alpin de l’armée n’est pas uniquement chargé de la formation. Il est également responsable du perfectionnement du matériel utilisé, des crochets-mousquetons aux treuils à moteur en passant par les skis ou les relais alpins, qui permettent des liaisons radio ou téléphoniques dans toutes les conditions topographiques. Il s’agit d’être en permanence à la pointe de la technique.

Responsable de la sécurité

La centrale avalanches d’Andermatt évalue également les risques d’avalanche pour les routes du canton d’Uri et fournit ainsi un service important pour la sécurité de la population locale. Des cours sur la montagne sont également proposés aux partenaires du Réseau national de sécurité, comme la police ou le Corps des gardes-frontières. Une caractéristique unique de ce centre est de fournir, en plus des guides de montagne de l’armée, vingt guides contractuels civils qui portent l’uniforme pour la formation.

Pour le colonel d’état-major Marco Mudry, l’un des principaux objectifs de son commandement est de former des décideurs responsables. « Nous voulons arriver à ce que les personnes soient capables d’évaluer la situation et de prendre des décisions réfléchies, la sécurité passant avant tout ».

Cours de montagne pour jeunes officiers

Les cours hebdomadaires destinés aux futurs officiers de carrière sont également très demandés, comme par exemple « Diriger dans des conditions particulières ». Les participants au cours apprennent à skier dans la neige profonde et à réaliser un profil de neige. Pour cela, ils creusent à travers la couche de neige jusqu’au sol, mesurent et comparent : quantité de neige fraîche, température, dureté de la neige et dimension des grains. Des couches molles et tendres sous plusieurs couches dures et humides signifient, par exemple, un danger de plaque de neige. Ou encore, avec trois sacs à dos et six bâtons, ils construisent une civière d’urgence pour le transport des blessés. Pour finir, ils abordent la survie en montagne grâce à un exercice nocturne. Les futurs officiers de carrière passent eux-mêmes la nuit dans un igloo construit de façon professionnelle.

Pendant leur formation, les spécialistes de montagne de l’armée ont acquis des compétences particulières qui leur permettent de tenir ferme en montagne. Ce n’est pas sans raison qu’ils jouissent d’une grande reconnaissance, qu’ils justifient presque quotidiennement par leur service au public.

Devenir spécialiste de montagne de l’Armée suisse !

Le recrutement de jeunes spécialistes de montagne est soumis à des exigences techniques et physiques élevées. Il faut déjà posséder des compétences en alpinisme d’été et d’hiver, acquises de préférence par des cours de moniteur J+S, par exemple en alpinisme, en escalade sportive ou en ski de randonnée. Des guides de montagne sont également recherchés pour intégrer l’équipe de formation. Conditions : Obtenir un excellent résultat aux test sportifs lors du recrutement (80 points) Test d’aptitude préliminaire : connaissances de base ; maîtrise des cordes ; escalade ; capacités physiques ; technique du ski alpin/ski de fond ; endurance

En savoir plus : www.miljobs.ch/fr/ / Spécialiste de montagne

Photos

Thèmes associé

Une armée pour tous