print preview Retour Page d'accueil

Appui efficace à une campagne d’analyses

À l’été 2019, des membres du laboratoire de défense NBC 1 ont prélevé des échantillons de glace sur le glacier du Gauli avant de les analyser au Laboratoire de Spiez. La campagne d’analyses menée sous la direction de l’université de Zurich et de l’EPFZ est à présent terminée. Les résultats serviront également à l’évacuation d’un avion Dakota de l’US Air Force, qui s’est écrasé sur le glacier en novembre 1946.

02.12.2020 | Communication Défense, Sandro Mollet

Bild 1
Plus de 200 échantillons de glace ont été prélevés sur le glacier du Gauli. (Photos: VBS/DDPS)

Dans les années 1960, à l’apogée des essais nucléaires atmosphériques, certains nucléides radioactifs tels que le plutonium et l’uranium étaient présents en grande quantité dans l’atmosphère. Par conséquent, sur les glaciers, en l’occurrence celui du Gauli, la concentration de ces éléments est nettement plus élevée dans la couche de glace formée à cette époque que dans le reste de la masse. Le projet scientifique GAULI 19, lancé l’an dernier par l’université de Zurich et l’EPFZ, avait donc pour objectif de déterminer en quel point du glacier se trouve actuellement la glace datant des années 1960. Pour les glaciologues, il s’agit là d’une précieuse indication concernant la vitesse de déplacement du glacier. Ainsi, le laboratoire de défense NBC 1, basé à Spiez, a fourni un appui à cette campagne d’analyses en prélevant des échantillons de glace et en les examinant.

La coopération comme gage de réussite

Les membres du laboratoire de défense NBC 1, directement subordonnés au commandant du Centre de compétences NBC-DEMUNEX, reçoivent régulièrement des formations intensives au prélèvement d’échantillons et à la réalisation d’analyses forensiques de laboratoire afin de maintenir leur disponibilité opérationnelle. Le projet GAULI 19 était une occasion idéale à cet égard. Le prélèvement d’échantillons sur le glacier du Gauli a été réalisé par le Centre de compétences du service alpin de l’armée et les Forces aériennes. Grâce à un travail scientifique de pointe, le laboratoire de défense a ensuite pu détecter des nucléides radioactifs dans la glace prélevée lors d’analyses effectuées à Spiez.

À travers la coopération efficace de toutes les parties au projet, les membres du laboratoire de défense NBC 1 ont pu s’entraîner au prélèvement d’échantillons dans des conditions délicates et à la détection de nucléides radioactifs en quantités infimes. Leurs cadres, quant à eux, ont eu l’occasion de s’exercer à la conduite d’un engagement très exigeant du point de vue logistique ainsi qu’à la collaboration avec d’autres formations de l’armée. De plus, les glaciologues ont pu recevoir de précieuses données pour perfectionner leurs modèles de glaciers. Enfin, cette campagne d’analyses servira même à l’évacuation des vestiges d’un avion américain crashé sur le glacier en 1946 (voir encadré «conclusion»). Le laboratoire de défense NBC 1 a, une fois de plus, démontré ses compétences… pour la science.

Photos

Conclusion

Mission accomplie

Les résultats obtenus sont suffisamment importants pour faire l’objet d’articles dans les revues scientifiques The Crysosphere et CHIMIA, un signe de l’excellent travail fourni par toutes les parties au projet.

Autre fait particulièrement intéressant : en novembre 1946, un avion de l’US Air Force s’est écrasé sur le Gauli ; or, les données collectées permettront aussi de mieux prédire où et quand le fuselage de ce Dakota C‑53 émergera du glacier. Des premiers éléments de l’épave ont déjà été évacués en 2018 par le détachement alpin des Forces aériennes.

Laboratoire

Laboratoire de défense NBC 1

Directement subordonné au commandant du Centre de compétences NBC-DEMUNEX, le laboratoire de défense NBC 1 détient le savoir-faire de l’Armée suisse dans le domaine des analyses de vérification pour les armes chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires. En outre, en tant que formation de milice à disponibilité élevée, le lab déf NBC 1 est prêt en permanence à fournir un appui au Laboratoire de Spiez ; ce fut par exemple le cas au printemps dernier, pendant l’engagement Corona 20, pour le test de masques de protection.