print preview Retour Page d'accueil

Pas à pas vers une nouvelle aventure

L’Armée suisse propose chaque année près de 150 places d’apprentissage dans 30 métiers différents. Celles-ci comportent désormais une Formation pratique (FPra), la première en son genre au sein de l’Armée suisse.

21.12.2020 | Personnel Défense, Helen Alt

Nicandro Spada au travail : comme les autres apprentis, il remplit chaque jour les multiples tâches du domaine de la logistique. @VBS/DDPS, Sabrina Mosimann und Janik Siegenthaler

Le rayon laser rouge scanne le Code QR tout en émettant un bip. Nicandro Spada fait un signe de la tête et met le scanner de côté. Avec détermination, il tire un transpalette et le manœuvre habilement à travers la halle. Après avoir rangé la caisse avec les appareils radio à sa place, il cherche Christian Zweiacker des yeux. Le formateur pratique de 36 ans discute brièvement avec Spada de la prochaine tâche. « Nous travaillons pas à pas », explique le logisticien qualifié : préparation du matériel, palettisation, acquittement et, pour finir, transfert de la marchandise avec le bon de livraison au transporteur.

Intégration professionnelle

C. Zweiacker sourit: « En fait, Nicandro fait exactement la même chose que les autres apprentis ! » Et pourtant, cela ne va pas de soi. Le jeune homme de 20 ans souffre de difficultés d’apprentissage. C’est pourquoi il ne suit pas un apprentissage classique débouchant sur un CFC mais une sorte d’apprentissage préliminaire, appelé Formation pratique (FPra), selon INSOS. Le job coach Robert Schönauer de la Fondation Integra est à ses côtés pour toutes les questions d’ordre administratif. C’est également lui qui a contacté le Centre logistique de l’armée d’Othmarsingen (CLA-O) en 2019.

Des succès visibles

« Jusqu’ici, nous n’avions aucune expérience de la Formation pratique, mais nous étions désireux de relever le défi », raconte Christian Zweiacker. Apparemment avec succès : le formateur pratique indique qu’en un an et demi de présence parmi eux, Nicandro Spada a déjà fait d’énormes progrès. « Je prends toujours suffisamment de temps pour expliquer les choses. À part ça, Nicandro est traité comme tous les autres. » L’une de ses plus grandes satisfactions est de voir que N. Spada s’est véritablement épanoui. Au début de la formation, il était replié sur lui-même alors qu’aujourd’hui, il aborde les problèmes et va vers ses chefs de lui-même. Robert Schönauer a également noté le changement. Au cours d’une visite au Centre logistique de l’armée, N. Spada lui explique en détail une procédure de travail. R. Schönauer écoute attentivement, pose quelques questions et s’étonne au final des connaissances de son protégé. « Je suis naturellement extrêmement ravi de voir ces progrès. »

Pas à pas

Christian Zweiacker trouve également les mots justes : « C’est un atout d’employer quelqu’un comme Nicandro. » N. Spada lui a appris par exemple à être plus attentif dans ses activités : « Au quotidien, il arrive souvent que nous fassions les choses dans la précipitation, alors qu’il serait préférable de se concentrer sur le travail et de le faire de façon réfléchie. »

Ainsi, même si dans une Formation pratique, on avance par petits pas, le but ne cesse de se rapprocher. Ou plutôt une nouvelle aventure. En effet, à l’été 2021, Nicandro Spada veut plonger totalement dans la vie professionnelle en suivant l’apprentissage de logisticien AFP.

Photos

Thèmes associé

Une armée pour tous