print preview Retour Page d'accueil

Les compagnies sanitaires, un soutien hors pair

Une fois de plus, les compagnies sanitaires apportent un soutien hors pair dans la lutte contre le coronavirus. Mais quelles sont les compétences particulières de ces huit unités ? De quelle manière sont-elles engagées ? Et en quoi se distinguent-elles des bataillons d’hôpital auxquels on a fait recours pendant la première vague de la pandémie ?

30.11.2020 | Communication Défense, Michael Senn

7210_043
Trois compagnies sanitaires ont été convoquées pour lutter contre la deuxième vague de la pandémie. (Photos: VBS/DDPS, André Scheidegger et Alex Kühni)

Les compagnies sanitaires (cp san) se sont engagées dès le début pour lutter contre la pandémie de coronavirus en participant notamment au premier service d’appui en mars dernier. À ce moment, elles se trouvaient encore dans l’ombre des quatre bataillons d’hôpital (bat hôp) qui étaient actifs dans les hôpitaux de toutes les régions de Suisse. Désormais, les cp san constituent l’instrument de prédilection, en collaboration avec les unités ad hoc composées de volontaires ainsi qu’avec l’état-major du bataillon d’hôpital 2. Les compagnies sanitaires 1, 2 et 4 fournissent actuellement un travail précieux dans diverses régions allant de Genève à Bâle.

Des engagements polyvalents

Au début du service d’appui, les soldats sanitaires ont accompli le programme d’instruction militaire Curafit pour se préparer à un engagement efficace dans les hôpitaux. Dans neuf modules, ils ont notamment abordé des thèmes comme la mobilisation et le positionnement des patients, l’application de pansements, les mesures d’hygiène ou encore le contrôle des signes vitaux. Les militaires des cp san peuvent ainsi assumer diverses tâches relevant des soins de base et décharger considérablement le personnel hospitalier. Les soldats sanitaires apportent leur soutien également en dehors des hôpitaux, à savoir dans le domaine logistique et dans le transport des patients grâce aux « véhicules sanitaires légers ».

Engagements dans diverses régions allant de Genève à Bâle

La cp san 1 est actuellement engagée à Genève, tandis que la cp san 2 est active dans les cantons du Vaud et de Berne. Quant à la cp san 4, elle apporte depuis mi-novembre son appui à l’hôpital universitaire de Bâle-Ville. C’est la seule à être subordonnée à la division territoriale 2 du fait de son engagement dans la région correspondante. Les unités ad hoc, composées de militaires volontaires, regroupent non seulement des soldats sanitaires, mais aussi des fantassins, des automobilistes et des représentants de diverses autres troupes. Elles sont essentiellement engagées dans les cantons du Valais et de Fribourg.

Organisation particulière

Contrairement aux compagnies « ordinaires », les huit compagnies sanitaires de l’Armée suisse constituent des formations d’engagement autonomes qui peuvent être instruites et engagées en fonction de la situation et de la mission. Avec six sections sanitaires et une section de commandement, elles disposent des effectifs nécessaires et d’un grand savoir-faire. Les Écoles sanitaires 42 remplissent la fonction du corps de troupe étant donné qu’elles s’occupent du matériel, de l’organisation et des aspects techniques. En cas d’engagement, les cp san sont généralement subordonnées à une autre formation, ce qui est actuellement le cas des trois cp san qui sont affectées au bat hôp 2. Grâce à leur organisation, à l’instruction technique de base et à l’instruction spécifique aux engagements, ces compagnies sanitaires peuvent fournir un soutien hors pair dans la lutte contre le coronavirus.