print preview Retour Page d'accueil

Une aide en cas de souffrance spirituelle

Les aumôniers de l’armée font partie d’un grand réseau et se tiennent à la disposition de tous les militaires en service. Pas seulement en situation de détresse, mais aussi tout simplement pour parler. Ils sont en mesure de les aiguiller en cas de difficultés personnelles, 24 heures sur 24, tous les jours de l’année.

13.11.2020 | Communication Défense, Ruth van der Zypen

Titel_fr
Il n’a plus la même importance qu’autrefois, mais il est toujours demandé : le moment de recueillement œcuménique. (Photo: VBS/DDPS, Matthias Bill)

Dans certaines situations d’urgence, on appelle le médecin ou les services sanitaires. Dans d’autres cas, on a simplement besoin d’être écouté. Au cours de leur service, les militaires sont toutefois séparés, tout au moins physiquement, de leurs personnes de confiance. Heureusement, leurs camarades de l’aumônerie se tiennent en permanence à leur disposition. Chaque unité possède un aumônier. Un service de piquet est en outre joignable 24 heures sur 24. Ce soutien est varié, professionnel et toujours disponible.

Le service militaire, une situation exceptionnelle

Le service militaire est une situation exceptionnelle, surtout pour les jeunes recrues. Tout est nouveau et l’on se retrouve bien loin de son environnement familier. « Il arrive que des recrues appellent le service de piquet », confirme Stefan Junger, chef de l’Aumônerie de l’armée. « Sorties de leur contexte habituel, certaines personnes se posent des questions fondamentales. Nous leur apportons notre écoute et leur offrons l’occasion de s’entretenir en toute confidentialité. Personne n’est jugé, tout le monde est respecté. »

La parole comme remède

Les aumôniers ont été formés pour aider les militaires, quelle que soit leur situation de vie . Les thèmes peuvent être de nature privée, mais aussi spirituelle ou religieuse. Les entretiens ne visent pas forcément un but précis, c’est souvent le cheminement qui compte. Toutefois, si le militaire le souhaite, les aumôniers indiquent volontiers des pistes à suivre. « On aborde fréquemment des questions existentielles, qui portent sur les perspectives professionnelles mais aussi sur le sens et la valeur de l’existence », explique Stefan Junger.

Après une crise, la vie continue

C’est en cas d’événements bouleversants que l’intervention des aumôniers est particulièrement sollicitée. Les accidents tragiques ou les décès sont heureusement rares durant le service militaire, mais – comme partout ailleurs – ils peuvent néanmoins se produire. L’aumônerie fait ainsi partie du Care Team de l’armée. « En cas de grande souffrance, nous sommes là pour accueillir la douleur des autres et les laisser exprimer leur tristesse », explique Junger.

Une crise personnelle peut également provoquer une grande détresse : « Nous le répétons souvent : chaque individu est précieux et mérite d’être pris en considération. Lorsqu’une personne disparaît, elle laisse un grand vide. Tout être humain possède de nombreuses ressources. C’est pour cette raison que nous voulons aider celles et ceux qui traversent une crise à retrouver leur voie. Car il y a toujours un chemin qui se présente à nous : il n’y a pas de voie sans issue ! » Le soutien apporté est varié, professionnel et disponible en permanence. Il est important que les militaires et leurs familles le sachent.

 

Service de piquet de l’Aumônerie de l’armée

Tél. 0800 01 00 01

Photos

RASP

Réseau d’assistance spirituelle et psychosociale de l’armée (RASP) : l’aide de l’armée 

L’Aumônerie de l’armée forme avec le Service psycho-pédagogique de l’armée (SPP A) et le Service social de l’armée (SSA) le réseau d’assistance spirituelle et psychosociale de l’armée (RASP), qui offre conseils, accompagnement et soutien. Le Care Team et la permanence téléphonique de l’armée en font également partie.

Pour chaque militaire

Pour chaque militaire, sans distinction et en toute confidentialité

Les aumôniers sont issus d’églises et de communautés religieuses partenaires de l’Aumônerie de l’armée. Ils s’engagent à se mettre à la disposition de toutes personnes, peu importe qui elles sont et d’où elles viennent. L’Aumônerie de l’armée est également prête à dialoguer en tout temps avec les communautés religieuses : celles et ceux qui souhaitent apporter leur pierre à l’édifice bénéficient des mêmes conditions. Les aumôniers ne représentent pas une communauté religieuse déterminée. Par ailleurs, ils sont tenus au secret, si bien qu’on peut tout leur confier.

Aumônier de l’armée

Comment devient-on aumônier de l’armée ?

Les personnes intéressées disposant d’une formation dans le domaine de la théologie ou de l’assistance spirituelle et ayant de l’expérience en la matière peuvent prendre contact avec l’Aumônerie de l’armée, à laquelle ils remettront leur dossier. Après avoir réussi l’évaluation et transmis une recommandation émise par leur église ou leur communauté religieuse, les aspirants suivront la formation de l’Aumônerie de l’armée (trois semaines). S’ils n’ont pas accompli d’instruction militaire de base, ils devront la rattraper (de manière minimale).

Si nous avons éveillé votre intérêt, et même si vous n’avez encore jamais effectué de service militaire, adressez-vous à Stefan Junger, chef de l’Aumônerie de l’armée.

Thèmes associé

Assistance spirituelle et psychosociale