print preview Retour Page d'accueil

Au camping plutôt qu’à l’hôtel cinq étoiles

Pour son cours de répétition (CR) de cette année, le commandement de transport aérien 1 (cdmt TA 1) n’a pas ménagé ses efforts. Après un exercice de mobilisation effectué pour la première fois, il n’a pas rejoint son aérodrome habituel à Payerne, mais a occupé un site extérieur à Sankt Stephan. Du personnel professionnel, des soldats en CR et des militaires en service long se sont chargés de construire une infrastructure temporaire qui ne manquait de rien.

15.10.2020 | Communication Défense, Michael Senn

Soldats devant un Super Puma.
Le cdmt TA 1 effectuera une partie des engagements des Forces aériennes depuis Sankt Stephan. ©VBS/DDPS, photos : Dominic Walser, sdt Joris Schneiter, cdmt TA 1

Le temps est pluvieux, brumeux et froid dans l’Obersimmental. Dans la vallée, une route serpente d’un hameau à l’autre. Soudain, un petit panneau indique la direction d’un aérodrome. Et après une bifurcation, elle apparaît soudainement : la piste en dur de deux kilomètres de long qui permettait autrefois à des avions de combat d’atterrir et de décoller. C’est ici qu’arrive le cdmt TA 1. Généralement, cette unité romande accomplit ses CR sur la Base aérienne de Payerne. Quand on connaît ce site moderne des Forces aériennes dans le canton de Vaud, on peut se demander pourquoi le cdmt TA 1 a volontairement choisi de troquer un hôtel cinq étoiles pour une place de camping.

Un départ volontaire de la zone de confort

« L’exploitation d’un site extérieur comporte de nombreux défis auxquels il faut se confronter régulièrement afin de maintenir les compétences », explique le lieutenant-colonel EMG Rolf Imoberdorf, commandant du cdmt TA 1. Pour pouvoir être opérationnel en dehors de l’infrastructure habituelle, la préparation doit être coordonnée. Durant la semaine précédant le début du CR, le centre de compétences d’exploitation des Forces aériennes, constitué de collaborateurs civils, a monté une tente qui sert maintenant de hangar mobile à cinq Eurocopter EC635. Les hélicoptères Super Puma sont quant à eux stationnés dans un hangar fixe.

Un aérodrome temporaire sorti du sol

Après une mobilisation réussie, une partie des soldats a accompli une séquence d’instruction à Payerne afin de se préparer aux trois semaines restantes sur le plan technique. Les autres militaires sont entrés au service à la Lenk, qui accueille les cantonnements, et ont aidé à monter l’infrastructure temporaire à Sankt Stephan. Celle-ci comprend, outre le hangar mobile susmentionné, le poste de commandement d’engagement mobile, qui inclut des conteneurs de bureau et de matériel. De plus, un véhicule du service de la navigation aérienne sert également de tour de contrôle mobile et de follow me. Sur la piste d’atterrissage, des éléments de réaction rapide (quick reaction elements) ont été installés. Conçus à la base pour des engagements d’aide humanitaire, ils sont utilisés ici comme des centrales radio et des entrepôts de matériel.

Un programme bien chargé

Des militaires en service long de la compagnie d’intervention d’aide au commandement 104 et des soldats de transmission rattachés au commandement lui-même ont veillé à ce que les liaisons radio et par ondes dirigées soient opérationnelles. Ainsi, la capacité de l’Air Operations Center à Dübendorf de distribuer les mandats correspondants est garantie. Parallèlement aux engagements ordonnés, des vols d’hélicoptère seront également effectués pour l’instruction, par exemple pour que les assistants de vol et les pilotes puissent s’entraîner au transport de charges.

L’exercice de mobilisation, la mise en place et l’exploitation du site extérieur de Sankt Stephan ont, à l’instar du vaste programme de ce CR, permis au cdmt TA 1 de s’armer des compétences nécessaires à toute occupation future d’un site, partout en Suisse, afin d’y accomplir des engagements réussis.