print preview Retour Page d'accueil

Commandement DEMUNEX : des années d’expérience dans l’élimination des munitions non explosées

Il y a une trentaine d’années, le thème des ratés est devenu tristement célèbre lorsque sept personnes ont été tuées en quelques semaines par des grenades non explosées. Les autorités ont réagi à ces drames en créant des centres de contrôle afin de gérer les risques inhérents aux ratés. Aujourd’hui, le commandement DEMUNEX à Spiez garantit un niveau de sécurité des plus élevés grâce à l’expérience confirmée qu’il a acquise dans le domaine au fil des décennies.

19.10.2020 | Communication Défense, Michael Senn

20181004-005-484_web_f
Le centre de compétences NBC-DEMUNEX (nucléaire, biologique, chimique, déminage et d’élimination des munitions non explosées) est basé à Spiez et dirige la défense NBC et le commandement DEMUNEX. (VBS/DDPS Stefan Meienhofer)

Au cours de l’été 1983, deux accidents se sont produits à cause de munitions militaires non explosées. Le 21 juin, deux adultes et un enfant sont décédés à Flums (SG), après avoir trouvé une grenade lance-mine de 8,1 cm. Peu de temps après, une mère et ses trois fils ont également perdu la vie au Dreizehntenhorn, en Valais. Ils faisaient une randonnée et sont tombés sur un raté, l’ont pris dans leur sac à dos et l’ont manipulé après être arrivés au sommet de la montagne.

Mesures d’urgence et amélioration de la situation

Ces accidents mortels ont suscité une grande consternation en Suisse. Le Département militaire fédéral (DMF) de l’époque a rapidement pris des mesures. En effet, peu de temps après ces drames, plusieurs milliers de militaires ont fouillé un très grand nombre de secteurs de tirs. Ces activités de recherches, intensifiées par le DMF, ont été maintenues les années suivantes. Dans une réponse adressée à une question parlementaire, le Conseil fédéral mentionne en 1986 : « Opérations de nettoyage par la troupe dans la région des Alpes : en 1986, ces opérations ont permis de ramasser plus de 100 tonnes de déchets de munitions et de déchets civils et de les évacuer. »

Création du commandement Déminage et élimination de munitions non explosées

En 1991, le DMF a demandé une enquête interne sur l’élimination des munitions non explosées en temps de paix. À partir de 1994, la Centrale d’annonce des ratés (CAR) a été mise en place à Thoune, sous la direction du Groupement de l’armement de l’époque (aujourd’hui armasuisse). En 1999, le Corps des gardes-fortifications (CGF) a repris la direction du service d’élimination des munitions non explosées à l’échelle de l’armée. Finalement, le Centre de compétences DEMUNEX a été créé en 2004. Les experts en munitions explosives du Groupement de l’armement et du CGF ont ainsi été réunis dans un commandement centralisé.

Déménagement de la Centrale d’annonce des ratés à Spiez

Dans le cadre du développement de l’armée, les centres de compétences DEMUNEX et NBC ont fusionné en 2018 pour former le groupe Formation d’application du génie et du sauvetage/NBC. Depuis, le quartier général ainsi que la Centrale d’annonce des ratés (CAR) sont à Spiez.

Aujourd’hui, le commandement DEMUNEX garantit un niveau de sécurité des plus élevés grâce à l’expérience confirmée qu’il a acquise dans le domaine au fil des décennies. Il veille à ce que les munitions non explosées et les restes de munitions soient récupérés et éliminés. En effet, ce qui était dangereux hier peut potentiellement l’être aujourd’hui encore. C’est pourquoi, en cas de découverte de munitions, il s’agit de toujours respecter les mêmes règles : ne jamais toucher les ratés, marquer leur emplacement et les signaler à la CAR.

Un danger présent depuis des décennies

Depuis des décennies, l’armée utilise les parois rocheuses comme zones de buts pour les lances-mines, les canons de forteresse, les roquettes antichars et les balles de tous calibres. Après le tir, la procédure obligatoire a toujours compris une fouille de la zone par les miliaires qui doivent ramasser les restes de munitions et annoncer les ratés. Cependant, une grande quantité de neige, des éboulis et des conditions difficiles dans les régions de montagne empêchent régulièrement de retrouver ces munitions. Une grande partie de celles-ci ne sont découvertes qu’en été, lorsque la neige a fondu. Le danger est donc souvent tapi sous terre pendant des décennies.

Notifier la découverte de ratés

Par ratés, on entend les munitions qui n’ont pas entièrement ou pas du tout explosé. Notamment parce qu’elles se trouvent dans l’eau, dans la neige, ensevelies dans un sol meuble ou parce que le détonateur n’a pas fonctionné correctement. Les ratés et les restes de munitions se trouvent souvent sur des places de tir, dans des zones de but situées en montagne, sur des glaciers, mais aussi dans les caves et les greniers d’anciens militaires qui avaient conservé ces dispositifs en souvenir de leurs années de service. Pour éviter les accidents, il faut absolument respecter les règles suivantes : Ne pas toucher, marquer l’emplacement et signaler par téléphone en appelant le 117 ou via l’application. Lorsque cela est possible, utilisez l’application prévue. Vous pouvez la télécharger gratuitement sur l’App Store d’Apple ou sur Google Play Store. Sinon vous pouvez signaler l’objet que vous avez trouvé par téléphone en appelant le 117.

Photos

Thèmes associé

Ratés