print preview Retour Page d'accueil

Les bases aériennes, un moteur économique

Au total, le DDPS compte plus de 1200 postes à plein temps sur les bases aériennes de Payerne, d’Emmen et de Meiringen. De plus, quelque 490 millions de francs doivent y être investis au cours des prochaines années. L'exemple de Payerne le prouve clairement, les bases aériennes génèrent des emplois et des retombées économiques positives pour toute la région.

15.09.2020 | Communication DDPS, Marco Zwahlen; Communication Défense, Anthony Favre

F/A-18 in Hangar bei der Wartung
(Photo: VBS/DDPS, Ueli Liechti)

Les aérodromes militaires sont des employeurs importants. Pour les régions qui les accueillent, ils sont d’autant plus importants qu’ils apportent une plus-value économique à la population. Et ceci peut être mesuré par les emplois à plein temps, les effets externes et le volume d'investissement qu'ils génèrent.

Des places de travail garanties

Afin d'assurer le service de vol et le bon fonctionnement de ses cinq bases aériennes, les Forces aériennes suisses ont besoin d'une importante main d'œuvre hautement qualifiée. Du mécanicien sur aéronef au pilote en passant par le contrôleur du ciel, les bases aériennes offrent des places de travail nombreuses et variées dans un domaine hautement technologique. Afin d'assurer les opérations aériennes et les travaux de maintenance des aéronefs et des systèmes, la base aérienne broyarde offre 230 postes de travail. Selon les chiffres de janvier 2020, le DDPS dispose actuellement de quelque 630 équivalents plein temps (EPT) à Payerne, dont une quarantaine d’apprentis. L’introduction et la montée en puissance du service de police aérienne 24 ont permis de créer une centaine d’EPT au cours des quatre dernières années. 

A titre de comparaison, le DDPS compte environ 440 EPT à Emmen, dont une dizaine d’apprentis. Sur l’aérodrome de Meiringen, le DDPS possède 196 EPT, dont 25 places d’apprentissage.

S’y ajoutent quelque 750 EPT sur les sites de RUAG MRO Holding SA à Emmen, Alpnach et Stans, qui sont directement liés aux Forces aériennes. Une centaine d’apprentis sont formés en tout sur ces trois emplacements.

Des retombées positives pour les partenaires et la région

En outre, plusieurs organisations partenaires présentes sur la base sont nécessaires au bon fonctionnement des opérations. Ainsi, la Base logistique de l'armée assure l'exploitation et l'entretien des infrastructures tandis que la Base d'aide au commandement garantit le réseau des télécommunications et des systèmes de navigation. Le contrôle du trafic aérien est assuré par Skyguide. Quant à la police militaire, elle garantit la sécurité de la base aérienne.

En outre, des prestations sont fournies par des partenaires externes sur tous les sites. Il peut s’agir par exemple de livraisons de matériel auxiliaire, de matériel de consommation ou de mobilier, d’aliments destinés aux cantines, d’entretien de bâtiments ou de véhicules, de travaux d’aménagement, de prestations de nettoyage, de blanchisserie ou de transport, ou encore de services liés à l’hôtellerie ou à la gastronomie. Ces prestations rapportent chaque année quelques millions de francs à l'économie locale. 

En outre, grâce à son ouverture aux vols d'affaires civils en 2013 et à l'implantation depuis 2015 de la zone de développement « Aéropôle », l'aérodrome de Payerne représente un avantage indéniable pour la région. Développée par la Communauté régionale de la Broye (Coreb) et gérée par la société Swiss Aeropole SA, cette zone vise à attirer des entreprises et créer des places de travail en lien avec l'aéronautique. Des décisions dont se réjouit le commandant de la base, le colonel EMG Michael Leuthold: « En plus des postes de travail générés directement ou indirectement par l'activité militaire de la base aérienne, le choix politique permettant l'ouverture à l'aviation d'affaire et l'implantation d'un pôle de développement aéronautique à Payerne apporte des nouvelles opportunités économiques à la région. Ces deux facteurs contribuent au maintien de la bonne cohabitation entre l'armée et la population. »

Investissements futurs

Entre 2020 et 2029, plus de 490 millions de francs suisses seront investis dans les sites des Forces aériennes à Payerne, Emmen et Meiringen.

  • Payerne : de 2015 à 2019, d'importants investissements immobiliers ont été réalisés sur l'aérodrome militaire et la places d'armes pour un montant total de 160 millions de francs suisses. Entre 2020 et 2029, 344 millions supplémentaires seront investis.
  • Emmen : entre 2015 et 2019, environ 103 millions de francs seront investis. De 2020 à 2029, des investissements supplémentaires d'un montant total de 76 millions de francs suisses sont prévus.
  • Meiringen : environ 28 millions de francs suisses ont été investis dans la maintenance et les nouvelles constructions entre 2015 et 2019. D'autres investissements à hauteur de 70 millions de francs suisses sont prévus pour les années 2020 à 2029. 

Au cours des prochaines décennies, l’acquisition de nouveaux avions de combat permettra de garantir plusieurs milliers de postes de travail hautement qualifiés grâce aux investissements et aux travaux d’entretien correspondants.

Du fait des emplois qu'elles génèrent et des retombées économiques positives qu'elles provoquent, les bases aériennes militaires participent activement au dynamisme et à la prospérité économique de leur région.

Payerne, le centre névralgique des Forces aériennes

Payerne joue un rôle fondamental pour la protection de l'espace aérien suisse. La moitié des engagements sur F/A-18 se déroulent depuis la base broyarde. Cette dernière est notamment le site principal pour le service permanent de police aérienne 24 (PA24), avec deux avions de combat armés et prêts à l'engagement. Les deux F/A-18 assurent actuellement une capacité d'intervention de 6 heures à 22 heures, 365 jours par an. Dès 2021, le PA24 atteindra sa pleine disponibilité avec une capacité d'intervention 24 heures sur 24. Cette extension a eu des répercussions positives au niveau de l'emploi puisqu'elle a nécessité la création d'une centaine de postes de travail supplémentaires.

pay

Photos