print preview Retour Page d'accueil

L’armée sous la loupe d’économistes d’entreprise

Ils forment un couple inhabituel. Cependant, lorsque le commandement de l’Instruction et l’Université de Saint-Gall réunissent leurs ressources, de nouvelles voies se dégagent. Tandis que l’un des partenaires fournit des problématiques et des exemples concrets à étudier sur le terrain, l’autre apporte des méthodes d’analyse et des impulsions extérieures.

15.09.2020 | Communication Défense, Ruth van der Zypen

7153_Semesterarbeit_HSG_023
Les étudiants présentent les résultats de leur étude au commandement de l’Instruction, lançant ainsi la discussion. (Photos: VBS/DDPS, CME Dominique Schütz)

Un point de vue externe est souvent indispensable quand il s’agit d’examiner les processus internes d’une organisation. Le commandement de l’Instruction et l’Université de Saint-Gall procèdent donc chaque année à un échange : des étudiants accomplissant un bachelor en gestion d’entreprise ont l’occasion d’analyser des problématiques concrètes de l’armée. En contrepartie, ils en déduisent des applications pratiques à partir de modèles économiques et fournissent à l’armée une précieuse vision extérieure de son fonctionnement. D’actuels étudiants de Saint-Gall sont récemment venus à Berne présenter les résultats de leur étude. Tant les officiers de carrière que de milice tirent un bénéfice de cette discussion.

Customer journey – le « parcours client » d’un militaire

Les spécialistes du marketing qualifient de parcours (journey en anglais) les points de contact entre les offrants et les clients. Ils savent que ces contacts sont essentiels pour une bonne relation entre les deux parties et qu’ils sont, dès lors, les garants d’une bonne affaire et de sa réussite. Les étudiants ont appliqué ce principe de marketing à la carrière des militaires, à leur « parcours client » de la journée d’information à la libération du service – voir au-delà. Cela a permis de savoir quand les militaires attendaient des marques de reconnaissance et ce qui était particulièrement important pour eux. Les étudiants ont collecté les données par des sondages en ligne, qui ont livré des informations représentatives.

Influence des anciens militaires

Les militaires, qu’ils aient fini leur service ou non, possèdent un savoir spécifique et influencent dès lors leur entourage : famille, amis ou collègues de travail. Parmi ces personnes, il y a aussi des jeunes qui doivent encore décider d’effectuer ou non leur service militaire. Ces sondages révèlent des liens intéressants : par exemple, l’armée pourrait mettre davantage en avant les points de contact positifs et améliorer sa manière de reconnaître la valeur du service accompli. Après la fin du service, l’armée devrait témoigner la même considération à ceux qui ne sont pas devenus officiers et leur offrir la possibilité de garder le contact. Cela pourrait se faire dans le cadre d’organisations ou d’associations ou simplement par l’envoi régulier d’informations.

Implémentation immédiate

Le commandant de corps Hans-Peter Walser, chef du commandement de l’Instruction, a assisté personnellement aux présentations. Comme son prédécesseur ces dernières années, il a chargé son état-major de milice de prendre sans tarder des mesures sur la base des premières propositions des étudiants. Loin d’un usage strictement théorique, les travaux de bachelor faits à Saint-Gall livrent des recommandations pratiques et entraînent des changements concrets.

Ouverture à la nouveauté

Les étudiants ont souligné des points positifs concernant des événements récents : par exemple, la remise de la distinction (ruban) aux militaires ayant participé au service d’appui CORONA 20, lesquels l’ont ressentie comme un témoignage de reconnaissance. Des propositions de nouveautés souhaitables pour marquer certains événements et la fin du service ont été soumises par les étudiants. Ils ont aussi évoqué l’idée d’une application pour toute l’armée ou d’une organisation pour tous ceux qui ont accompli leur service militaire. La collaboration toujours constructive entre l’armée et l’Université de Saint-Gall se poursuivra l’année prochaine.

Résumé des résultats

7153_Semesterarbeit_HSG_011
Les étudiants en bachelor Alex Reber, Tobias Ott et Romano Schäppi (de haut en bas) présentent les résultats de leur étude à leurs équipes.

Thèmes Constats Pistes de solution
«Témoignages de
reconnaissance»
Frustration en l’absence de témoignages de reconnaissance;
les actions de l’armée doivent avoir du sens;
le vécu positif est raconté aux amis et à la famille.
«Wahrnehmung der Wertschätzung ab der letzten Dienstleistung steigern»:
• Anlässe;
• Symbole des Danks und Erfolgs wie Sackmesser oder Armee-Finisher-T-Shirt.
7153_Semesterarbeit_HSG_026

Thèmes Constats Pistes de solution
«Réseau Alumni / Anciens militaires» Les anciens militaires constituent un atout pour le recrutement;
les jeunes ont envie de nouer des liens de camaraderie et de développer un réseau de relations.
«Créer du lien, renforcer la motivation»:
• réseau Alumni / sociétés d’anciens soldats (pas seulement les sociétés d’officiers);
• flux d’informations entre l’armée et les anciens militaires.
7153_Semesterarbeit_HSG_037

Thèmes Constats Pistes de solution
«Influenceurs» Les événements intenses et la fin du service restent en mémoire;
les anciens militaires parlent de l’armée à leur famille, à leurs amis et connaissances;
les événements négatifs ont une influence négative sur l’entourage – et inversement.
Dans ce contexte, les pères et les frères sont des personnes influentes.

«Susciter des émotions et créer des événements positifs»;
• associer les anciens militaires pour développer des idées, notamment une application de l’armée contenant des informations p. ex. sur des manifestations, et des nouvelles;
• favoriser les interactions en cas d’expositions;
• établir un catalogue des événements pour familles avec enfants du genre «guide militaire pour les vacances».


Trois questions à Christoph Müller, professeur titulaire de gestion d’entreprise et directeur de séminaire à l’Université de Saint-Gall.

7153_Semesterarbeit_HSG_007

Christoph Müller, comment considérez-vous cette collaboration inhabituelle entre l’université et l’armée ?

Elle est enrichissante et fonctionne à merveille. Nous avons été agréablement surpris par la disponibilité de notre interlocuteur, le lieutenant-colonel Peter Wyser, et de tous les officiers et les officiers de milice qui nous ont soutenus ; ils se sont toujours montrés rapides, concrets, efficaces et fiables. Nos étudiants ont ainsi pu avancer à grands pas dans leurs analyses et évaluations concernant les différents thèmes.

 

Quel intérêt retirez-vous de cette collaboration ?

Elle nous a permis d’examiner des thématiques réelles liées à des activités quotidiennes. Mais il est aussi très positif de savoir qu’un grand nombre des idées que nous avons apportées seront mises en œuvre concrètement. Nous profitons en outre des plus de 1000 réponses reçues au sondage en ligne, suffisamment nombreuses pour être représentatives.

 

Qu’en pensent les étudiants ?

Ils ont beaucoup apprécié le fait que le commandant de corps Hans-Peter Walser prenne le temps d’être présent au début du séminaire et lors des exposés et qu’il leur donne son feed-back. Cela les a motivés. Les contacts personnels qui ont eu lieu lorsqu’ils ont présenté leurs travaux à Berne et pendant les discussions ont été un véritable moment fort pour eux.