print preview Retour Page d'accueil

L’armée engagée dans la crise liée au coronavirus

C’est allé très vite. À peine l’armée avait-elle terminé son engagement subsidiaire pendant la crise du coronavirus qu’un musée a décidé d’y consacrer une exposition. À Schaffhouse, le musée de l’arsenal (Museum im Zeughaus) a intégré un volet spécial consacré à l’engagement en faveur des autorités civiles dans son exposition actuelle sur les mobilisations de l’armée.

30.09.2020 | Communication Défense, Fahrettin Calislar

001
L’exposition du musée de l’arsenal à Schaffhouse présente avec réalisme l’engagement subsidiaire de l’armée Corona 20. (Photo : VBS/DDPS, Fahrettin Calislar)

Du 16 mars 2020 à fin juin, jusqu’à 6000 militaires ont accompli un service d’appui en faveur des autorités civiles. Ils ont été engagés partout où les forces civiles étaient parvenues à leurs limites et où l’armée avait été appelée en renfort. Les militaires ont apporté leur aide au Corps des gardes-frontière et au système de santé publique qui en avaient urgemment besoin.

Le musée de l’arsenal à Schaffhouse consacre une exposition à cet engagement. Elle vient compléter l’exposition permanente portant sur les près de 130 mobilisations de l’armée depuis 1792. L’engagement CORONA 20 se distingue clairement dans cette série relève Ernst Willi, curateur de l’exposition : « Il s’agit de la mobilisation la plus importante depuis 1945. »

L’idée de monter une exposition spéciale est venue juste après la décision de mobilisation explique Walter Baumann de l’équipe du musée : « C’est une extension logique de notre exposition sur les mobilisations. » Elle expose par exemple les missions actuelles de l’armée, sa structure et le processus de mobilisation.

Une mobilisation réussie

« La mobilisation s’est passée sans problème, le système de la disponibilité échelonnée fonctionne », peut affirmer Ernst Willi. Au vu des réformes précédentes de l’armée, ce n’était plus une évidence il y a quelques années puisqu’on avait temporairement renoncé au processus de mobilisation. « L’armée n’était en partie pas opérationnelle. Ce n’est qu’avec le DEVA que nous avons recouvré certaines capacités. » Le service d’appui a servi de test imprévu pour les nouveaux processus. « Et on peut dire que cela a fonctionné. L’armée a été mobilisée et a passé brillamment son épreuve du feu. »

L’exposition présente en détail les différentes phases de l’engagement et témoigne de la réactivité et de la disponibilité de la majorité des militaires. « Ils ont clairement dépassé les attentes de l’armée », explique Ernst Willi. Le système d’alarme électronique et la conduite de la mobilisation ont fait leurs preuves, « même pour les formations qui n’avaient encore pas pu s’entraîner à la mobilisation au préalable ».

Le canton de Schaffhouse, avec ses 50 passages frontaliers difficilement contrôlables, a bénéficié du soutien de l’armée, en particulier dans le domaine de la protection. Sans l’aide de la troupe, il n’aurait pas été possible de fermer la frontière avec l’Allemagne.

Une mission remplie

En résumé, l’exposition montre bien que les ressources cantonales seraient parvenues à saturation sans le soutien rapide de l’armée et de la protection civile. Il a été possible de répondre à 300 demandes à l’entière satisfaction des donneurs d’ordre. Dans le système de santé publique, le travail des soldats sanitaires et d’hôpital a permis au personnel médical de reprendre son souffle.

L’exposition se termine par une interview du chef de l’Armée, le commandant de corps Thomas Süssli, et par le dernier message du commandant de l’engagement subsidiaire, le commandant de corps Aldo C. Schellenberg : « La mobilisation a été un plein succès. »

Un musée retraçant l’histoire de la Suisse et de son armée

L’exposition spéciale Corona au musée de l’arsenal à Schaffhouse a été inaugurée le 12 septembre dernier en présence du chef de l’Armée, le commandant de corps Thomas Süssli. De plus, le musée présente une exposition temporaire sur le thème de la résistance avec des contenus exclusifs sur l’organisation secrète P-26 et le raid aérien de 1944 sur la ville. Un autre point fort du musée est sa présentation de l’évolution de l’équipement et de l’armement de l’armée. Sur le site du musée, à Neuhausen am Rheinfall, 40 véhicules militaires et 18 blindés sont exposés comme témoins de la motorisation et de la mécanisation de l’armée. Initialement, le musée voulait présenter cette année une exposition consacrée à la cuisine militaire d’hier et d’aujourd’hui. Celle-ci est repoussée à septembre 2021. Heures d’ouverture du musée : de mars à novembre, les mardis et tous les premiers samedis du mois, de 10 h à 16 h. Il est possible de bénéficier en tout temps d’une visite guidée, mais sur rendez-vous. Autres journées d’ouverture exceptionnelle du musée : le 3 octobre et le 7 novembre 2020.

Photos