print preview Retour Page d'accueil

Éteindre les pointeurs lasers.

Les attaques au laser mettent en péril la sécurité. Chaque année, en Suisse, les pilotes des Forces aériennes subissent près d'une dizaine d'attaques au pointeur laser. L'utilisation de tels appareils est strictement interdite en plein air. Non sans raison, car de telles attaques peuvent provoquer de graves accidents.

18.09.2020 | Communication Défense, Giorgio Krüsi

Les attaques au laser mettent en péril la sécurité. Chaque année, en Suisse, les pilotes des Forces aériennes subissent près d'une dizaine d'attaques au pointeur laser.
Chaque année, en Suisse, les pilotes des Forces aériennes subissent près d'une dizaine d'attaques au pointeur laser. (Photo: VBS DDPS)

Soldats à la garde, policiers en patrouille, gardes-frontière à bord des hélicoptères ou encore pilotes et personnels de cabines et même les services de sauvetage de la REGA ne sont pas à l'abri d'une attaque au laser. Sur les quatre-vingts cas signalés chaque année à l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC), environ une dizaine de cas concernent des pilotes des Forces aériennes suisses attaqués avec un pointeur laser. C'est une réalité qui préoccupe les forces de sécurité et d'intervention depuis près de dix ans. Le fait que rien de grave ne se soit encore produit dans le ciel suisse est le fruit d'un heureux hasard.

En effet, les attaques au moyens de dispositifs laser sont particulièrement dangereuses, notamment dans les phases cruciales d'approche et de départ ou encore lors de vol à basse altitude. Les pilotes qui sont aveuglés par un laser peuvent subir une brève déviation de trajectoire, une cécité temporaire ou même souffrir de dommages irréversibles à l'appareil visuel. Les auteurs de ces attaques ciblées contre des avions doivent par conséquent s'attendre à faire l'objet de poursuites pénales.

Conséquences pénales

En raison des conséquences d'un tel incident, le Conseil fédéral a adopté le 27 février 2019 l'ordonnance relative à loi fédérale sur la protection contre les dangers liés au rayonnement non ionisant et au son (O-LRNIS). Depuis le 1er juin de l'année dernière, tous les pointeurs laser considérés dangereux sont interdits en Suisse (à l'exception de ceux de la classe 2 qui peuvent encore être utilisé à l'intérieur jusqu'au 1er juin 2021). Les actions avec des dispositifs laser contre l'intégrité physique des personnes sont punissables (Art. 122 CP). En outre, les atteintes à la sécurité militaire peuvent également entraîner des lourdes conséquences pénales (Art. 278 CP).

Éblouir les pilotes peut non seulement avoir un impact sur leur intégrité corporelle mais également mettre en danger la sûreté de l'espace aérien et provoquer de graves accidents qui peuvent coûter des vies. Pour ces raisons, l'Armée suisse règle la question : pas de pointeurs laser allumés dans le ciel nocturne suisse.