print preview Retour Page d'accueil

Événement historique et changement de culture

Pour la première fois, tous les commandants de milice jusqu’à l’échelon de la compagnie ont été invités à un débriefing (after action review). Le chef de l’Armée, le commandant de corps Thomas Süssli, entend ainsi opérer un changement de culture en favorisant le dialogue entre les échelons.

25.06.2020 | Communication Défense , Michael Senn

IMG_5173
Le CdA : « Le leadership implique de transformer l’incertitude en force, en détermination. Il faut avoir une vision, donner du sens à l’action et savoir transmettre ce sens. Il est important aussi de faire preuve de compréhension, de prendre en compte les préoccupations d’autrui. » (Photos: DDPS, Dominic Walser et Jan Pegoraro)

Le 16 mars dernier, le Conseil fédéral approuvait un service d’appui de l’armée jusqu’au 30 juin au plus tard. Cet engagement a pu se conclure provisoirement le 23 juin, une semaine avant sa fin programmée, par une réunion de débriefing. Une soixantaine de commandants de bataillon et de compagnie ont répondu à l’invitation du chef de l’Armée (CdA), le commandant de corps Thomas Süssli, et du commandant de l’engagement subsidiaire (CES), le commandant de corps Aldo C. Schellenberg, pour une évaluation a posteriori de l’engagement subsidiaire Corona 20. L’événement a eu lieu à la caserne Guisan à Berne.

Reconnaissance pour les services rendus et changement de culture

À l’armée, la parole doit circuler librement, directement et honnêtement, de personne à personne, sans passer par des filtres, ni par les nombreux échelons de la hiérarchie. Le CES a formulé d’emblée ses attentes : « L’armée veut apprendre et s’améliorer en permanence. » Il a demandé à l’auditoire de s’exprimer en toute franchise afin d’estimer les mesures à prendre. Quant au CdA, il a parlé du changement de culture initié par cet événement, soulignant qu’il s’agissait non seulement de remercier les personnes présentes pour les services rendus, mais aussi de profiter de toutes ces expériences pour en tirer des leçons et adapter ce qui doit l’être.

De la théorie à la pratique

Ce postulat a été mis tout de suite en pratique, sur place. Grâce à une application, les commandants ont commencé par remplir un questionnaire leur permettant aussi de pondérer différentes problématiques par ordre d’importance à leurs yeux. Puis les résultats ont été présentés en plénum et commentés en direct par le CES, précisant que les sujets les moins bien notés seraient discutés en détail par la suite. D’après les commandants, il convient de se pencher en priorité sur la structure du commandement. En effet, lors de l’engagement Corona 20, de nombreux corps de troupe étaient répartis entre plusieurs cantons, voire dans toute la Suisse, en appui aux autorités civiles, de sorte que les zones d’engagement ne correspondaient plus aux quatre divisions territoriales, compliquant ainsi la répartition des compétences.

Le CES a accueilli cette demande en esquissant tout de suite des solutions. Pour résoudre les éventuelles incertitudes quant à la structure de commandement, il préconise de « s’exercer, s’exercer, et encore s’exercer », notamment avec des partenaires civils dont les structures se découpent différemment de celle de l’armée. Il est essentiel que toutes les parties prenantes connaissent les réflexions qui ont mené au choix d’une structure de conduite en particulier, puisque chaque variante comporte ses avantages et ses inconvénients ; pour ce faire, il importe de les communiquer à tous les échelons afin de donner du sens à cette organisation.

Perspectives d’avenir

Le CdA a conclu les débats en remerciant les participants pour leur esprit critique et leur franchise. Il s’est dit très satisfait de cette première occasion de vivre le changement de culture auquel il aspire. Il a aussi souligné la volonté et la disponibilité du CES à se remettre en question et à chercher des solutions aux problématiques soulevées par les commandants. Enfin, malgré l’évolution positive de la pandémie, il a rappelé que la crise n’était pas encore terminée.

Quant au CES, il s’est engagé à intégrer les conclusions de la présente discussion au processus d’évaluation global et d’en communiquer les résultats aux commandants. Et de conclure que cette journée de discussion constructive à la caserne Guisan a déjà montré que l’armée apprenante est en bonne voie, que l’armée est capable de s’adapter et qu’elle a tous les outils en main pour préparer l’avenir.

Photos

CORONA 20