print preview Retour Page d'accueil

Des futurs sous-officiers de carrière en soutien du Centre d’instruction de l’armée

L’armée se tient toujours prête à fournir un appui subsidiaire au Corps des gardes-frontière, lequel a ses propres règles de comportement à l’engagement, en partie distinctes de celles de l’armée. Les ressources en personnel au Centre d’instruction de l’armée étant limitées, et ne pouvant donc instruire toutes les troupes engagées durant cette situation extraordinaire, elles ont été renforcées en faisant appel aux futurs sous-officiers de carrière.

03.06.2020 | Communication Défense, Michelle Steinemann

IMG_0046
Le sergent-major chef Troller, futur sous-officier de carrière, forme les cadres du bataillon d’infanterie 65 au tir au pistolet et fusil sur de courtes distances.

L’armée continue de soutenir les autorités civiles, notamment en fournissant des prestations en faveur du Corps des gardes-frontière pour protéger des tronçons de la frontière suisse, longue de 2000 kilomètres. Les engagements sont en constante diminution puisque les cantons adressent moins de demandes de soutien. Mais pour que l’armée reste prête à intervenir en tout temps, l’instruction se poursuivra durant ces quatre prochaines semaines. Une fois celle-ci terminée, les cadres pourront rentrer chez eux et ne seront convoqués qu’en cas de changement décisif de la situation.

Maîtriser différentes règles d’engagement

Comme pour chaque engagement subsidiaire, la responsabilité de l’engagement incombe aux autorités civiles, dans ce cas précis à l’Administration fédérale des douanes (AFD). Cela implique que ce sont les règles du Corps des gardes-frontière qui s’appliquent durant l’engagement. Elles varient pour une part des directives et pratiques de l’armée. On le voit par exemple pour la formation au tir ou dans les techniques d’arrestation. Dans ces cas de figure, les directives militaires se distinguent des attentes du fournisseur de prestations civil. Afin d’être prêts pour un tel engagement et d’acquérir ces finesses supplémentaires, les militaires concernés sont formés par le personnel professionnel au Centre d’instruction de l’armée (CIA) sur les places d’armes de Walenstadt et de Bure.

Recourir au personnel professionnel – l’épine dorsale de l’armée de milice

Les cadres professionnels des formations d’application apportent leur soutien au CIA pour l’instruction. Ce sont en particulier aux services des futurs sous-officiers de carrière que l’on recourt. Ceux-ci se trouvent actuellement en instruction de base et seront engagés jusqu’au 26 juin 2020 en faveur de l’instruction axée sur l’engagement. Pour ce faire, ils ont été formés préalablement selon les règles d’engagement de l’Administration fédérale des douanes et certifiés par le CIA.

Apprendre durant l’engagement et en tirer des leçons

L’engagement actuel dans le domaine de l’instruction remplace le stage pratique obligatoire des aspirants dans leurs formations d’application. Il offre une chance unique de se faire une idée de l’instruction spécifique à l’engagement de formations en CR, ce qui n’aurait pas été possible avec le stage ordinaire au sein de la propre formation. Le sergent-major chef Matthias Vittori a surtout appris à penser comme un intervenant civil et pas comme un militaire. Avec ses collègues, il a dû toujours garder en tête qu’à la frontière il serait confronté à des civils le plus souvent pas malintentionnés. Pour le sergent-major chef Aurélien Schönbett, c’est la gravité de la situation qui a fait la différence. Le fait qu’il s’agissait d’un engagement réel a participé à la prise de conscience et à la motivation des gens à suivre la formation avec tout le sérieux requis.

Le colonel EMG Ronald Drexel s’est réjoui de cet appui, soulignant la motivation très élevée des aspirants sous-officiers de carrière qui ont accompli un travail précieux et se sont comportés de façon exemplaire.

News


Documents

  • Concept de protection, Commandement de l’Instruction
    Tous les points mentionnés dans le présent concept de protection sont basés sur des ordres du médecin en chef de l’armée, sur la documentation et les aide-mémoire correspondants, ainsi que sur les recommandations de l’OFSP en matière de comportement et d’hygiène.
    07.07.2020 | PDF, 18 Pages, 144 KB