print preview Retour Page d'accueil

Une aide précieuse venue de la troisième dimension

En cette période de pandémie, l’armée soulage, au sol, le personnel de santé civil ainsi que l’Administration fédérale des douanes par des prestations de soutien dans le domaine sanitaire ainsi que des prestations de sûreté à la frontière. Elle fournit en outre un appui dans la troisième dimension grâce à des vols de transport et de surveillance, contribuant ainsi à sauver des vies et à protéger les frontières. Elle a également fourni des prestations en faveur des compagnies aériennes privées en mettant à disposition des places de stationnement pour les avions de ligne non utilisés.

11.06.2020 | Communication Défense, Saskia Graber

Titelbild_1_Ustü GWK
Briefing avant de s’envoler à bord du Super Puma équipé du système FLIR : l’équipage militaire et le chef d’intervention volant (CIV) de l’Administration fédérale des douanes règlent les derniers détails.

Des avions de ligne stationnés sur la Base aérienne de Dübendorf. En raison de la baisse du nombre de vols qui a suivi la déclaration de la « situation extraordinaire », plusieurs compagnies aériennes ont déposé une demande d’appui auprès des Forces aériennes suisses. Ces demandes ont été approuvées rapidement et sans excès de formalités, permettant à des avions de ligne non utilisés d’être stationnés sur la base aérienne. Il s’agit de l’une des nombreuses contributions des Forces aériennes à l’effort collectif apporté pour surmonter la pandémie de COVID‑19 en Suisse.

Transport aérien : porter secours rapidement pour sauver des vies

Dans le cadre de la lutte contre le COVID-19, les appareils respiratoires sont essentiels à la survie ; toutefois, au début de la crise, ils étaient encore rares. En mars, la Confédération a commandé 900 pièces au fabricant basé à Domat/Ems (GR) par le biais de la pharmacie de l’armée.

Depuis, les premiers appareils ont pu être livrés par les hélicoptères Super Puma des Forces aériennes, depuis le site du fabricant jusqu’à Berne, où ils ont été réceptionnés par la pharmacie de l’armée. En moins de douze heures après l’arrivée de la dernière cargaison, et après la configuration de la langue selon la région linguistique de destination ainsi que l’ajout de consommables vitaux, les appareils ont pu être collectés dans un temps défini et distribués aux hôpitaux par les autorités cantonales. Chaque vol a permis d’acheminer quelque 50 appareils et, selon la destination, de gagner de précieuses heures par rapport au trafic routier – chaque minute compte.

Protection des frontières

Les Forces aériennes ont aussi grandement contribué à la protection des frontières. Outre la police militaire, les Forces aériennes ont également soutenu l’Administration fédérale des douanes (AFD) en surveillant les postes-frontière éloignés, non surveillés, et les zones frontalières.

En situation ordinaire, les Forces aériennes soutiennent déjà régulièrement l’AFD en surveillant les frontières avec leurs drones et leurs hélicoptères. Par le biais de capteurs, les informations peuvent être obtenues depuis les airs, analysées puis transmises au responsable de la mission. Pendant la crise du coronavirus, les Forces aériennes ont intensifié leurs vols en faveur de l’AFD, engageant des EC-635 ou parfois un Super Puma équipé du système FLIR.

Ces vols ont tout d’abord servi à vérifier le trafic frontalier ainsi que les randonneurs, cyclistes, cavaliers et détenteurs de chien aux postes-frontière éloignés, non surveillés, et aux zones frontalières. Fondamentalement, ces missions ne différaient pas de celles menées en situation ordinaire. Toutefois, depuis la fermeture à l’échelle nationale des petits postes-frontière pour canaliser le trafic frontalier vers de plus grands postes, et ainsi appliquer des mesures plus strictes aux frontières suisses, elles se sont révélées plus importantes que jamais.

Le FLIR, qu’est-ce que c’est ?

Forward Looking Infrared (FLIR) est quasiment devenu synonyme de caméra thermique ou d’imagerie infrarouge. Les modules de capteurs de troisième génération utilisés de nos jours ne se limitent toutefois plus uniquement au domaine infrarouge (IR), car ils sont équipés de nombreux capteurs d’électro-optique et d’imagerie. Ils se caractérisent par une stabilisation complète des capteurs par rapport aux mouvements et aux vibrations de l’hélicoptère et permettent ainsi de capturer des images haute résolution à grande distance.

News


Photos