print preview Retour Page d'accueil

Numérisation rapide de l’instruction

L’École des sous-officiers de carrière de l’armée (ESCA) s’est rapidement adaptée à la situation de crise provoquée par le coronavirus. En mars, après la découverte en son sein d’un cas de contamination, la quarantaine a été décrétée pour les personnes participant à ses cours, d’où l’arrêt des leçons habituelles sur place. L’ESCA a rapidement réagi en passant à un mode d’enseignement entièrement numérique. Les expériences glanées depuis sont précieuses et jettent les bases pour une plus grande numérisation de l’instruction à l’avenir.

16.06.2020 | Communication FSCA

Webinar

L’École des sous-officiers de carrière de l’armée (ESCA) s’est brusquement retrouvée face à un défi : ses participants ont été placés en quarantaine à la maison. En d’autres termes, il ne lui était plus possible d’assurer l’enseignement habituellement donné dans ses locaux, d’où la nécessité de trouver une solution de remplacement pour quelques semaines. Tout en analysant la situation, plusieurs variantes ont été examinées, allant de l’interruption du stage au télétravail. Stopper l’instruction aurait signifié l’obligation de repousser le stage de formation de base à l’année prochaine. Compte tenu des 55 candidats déjà annoncés pour janvier 2021, l’ESCA serait alors totalement débordée.

WEBINAR sur la plateforme d’apprentissage en ligne

Le directeur de stage, l’adjudant-chef Andreas Hösli, le chef Technologies de l’information et de la communication, l’adjudant sous-officier Dominik Flammer, ainsi que d’autres spécialistes ont mis au point un webinaire sur la plateforme d’apprentissage en ligne de la Confédération. Avant le début à fin mars du WEBINAR, les chefs de classe se sont préparés à leurs nouvelles tâches à l’occasion d’un cours de cadres de deux jours. L’instruction avec WEBINAR a pu commencer sans retard et s’est déroulée comme prévu. Elle portait sur la formation linguistique et la poursuite de l’instruction de formateur d’adultes (FSEA).

Les craintes du début ont rapidement cédé le pas à l’enthousiasme. Chaque jour a apporté son lot de satisfactions et les chefs de classe ont été de plus en plus motivés et créatifs face à la nouvelle plateforme.

Planification exigée pour un enseignement numérique

L’enseignement entièrement numérique n’est absolument pas plus simple à réaliser qu’un enseignement présentiel. Outre les détails techniques qu’il s’agit de maîtriser, il est essentiel de se concentrer sur le contenu du cours pour assurer son succès. Il s’agit en particulier d’accorder de l’attention aux aspects de ce contenu et de la méthode. Dès la phase de planification, l’enseignant doit structurer le contenu et la manière de le dispenser. Tant les enseignants que les participants doivent se préparer pleinement aux séances en temps réel. C’est la seule manière de pouvoir tirer avantageusement profit des interactions avec le peu de temps disponible. De plus, les leçons en ligne doivent être strictement gérées pour que chaque participant jouisse du temps de parole auquel il a droit. Le fait que les caméras retranscrivent mal les visages interrogatifs et les gestes de désarroi constitue un défi. Cela rend le rôle d’enseignant plus exigeant encore. Il est donc important que les participants prennent aussi une part active au cours.

Expériences et apprentissage

L’instruction à la Formation supérieure des cadres de l’armée (FSCA) ne cesse de se numériser. Il en ressortira de plus en plus une combinaison de cours présentiels et à distance. La réussite du webinaire à l’ESCA, malgré son temps très court d’implémentation, prouve que la direction prise est la bonne. L’enseignement à distance est tout particulièrement idéal pour approfondir les matières étudiées dans le cadre d’un auto-apprentissage ou pour organiser un cours dans une salle de classe virtuelle pour de petits groupes homogènes. Certaines barrières se dressent néanmoins. La dynamique de la communication peut pâtir du processus de médiation qui s’impose et les contenus didactiques ne sont pas forcément adaptés à l’enseignement en ligne. Un participant a rapporté que la qualité n’avait en rien baissé, mais force a été de constater des lacunes au niveau des interactions dans les classes virtuelles.

La FSCA ne veut pas un retour à l’ancien système et entend tirer des leçons de ces expériences. L’instruction doit continuer de se numériser dans l’optique de l’apprentissage mixte afin d’offrir aux participants au stage la meilleure expérience éducative qui soit.