print preview Retour Page d'accueil

La 1000e soldate de la paix en mission

Depuis 1989, des femmes s’engagent en faveur de la promotion militaire de la paix. La 1000e d’entre elles, Annia Jacomelli, est actuellement en mission. Elle est observatrice au Kosovo au sein du contingent 42 de la SWISSCOY.

27.05.2020 | Communication Défense, Eve Hug

Foto: 09.03.2020

Lors d’engagements à l’étranger, les femmes exercent les mêmes fonctions que leurs homologues masculins. Elles ont participé à tous les aspects de la promotion militaire de la paix : observatrices militaires de l’ONU, spécialistes du déminage humanitaire, officiers à la frontière entre les deux Corées, et aux missions de maintien de la paix en Bosnie-Herzégovine et au Kosovo. D’ailleurs, au sein du contingent actuel, 28 des 165 membres sont des femmes. Annia Jacomelli est l’une d’entre elles. Elle est observatrice au sein du Liaison and Monitoring Team (LMT) à Mališevo.

Une tradition familiale

Tout a commencé en 1996, lorsque le père d’Annia Jacomelli a participé à sa première mission d’observation de l’ONU en Israël. Par conséquent, Annia a passé sa jeunesse dans différents pays : Israël, l’Italie et l’Autriche. Elle a décroché son bachelor en publicité et communication à Saint-Domingue, la capitale de la République dominicaine.

Les engagements de promotion de la paix à l’étranger pour l’Armée suisse sont une sorte de fil rouge dans l’histoire de la famille Jacomelli. Le frère d’Annia en a déjà fait deux : un de six mois pour la SWISSCOY au Kosovo et un autre, de six mois également, pour l’EUFOR en Bosnie-Herzégovine. Cela n’a pas manqué d’inciter Annia à faire à son tour acte de candidature.

Une formation exigeante

La formation d’Annia a commencé le 9 janvier 2020 et s’est déroulée en trois étapes. Pendant les trois semaines qui ont précédé le cours d’instruction SWISSCOY officiel, elle a suivi une instruction militaire de base pour les femmes qui n’ont pas fait de service militaire. En peu de temps elle y a reçu les connaissances militaires nécessaires : adopter une tenue correcte, savoir lire des cartes, manipuler l’arme personnelle, pratiquer l’autodéfense.

Puis a suivi l’instruction axée sur l’engagement de cinq semaines avec tous les membres du contingent. Enfin, pendant les dernières semaines précédant le début de l’engagement, tous ont été préparés à leurs fonctions spécifiques. Pour une observatrice comme Annia, cela signifiait être formée à la conduite d’entretiens au moyen d’un traducteur ou acquérir des techniques d’entretien. Le bilan qu’elle tire de cette formation : « L’instruction est certes très exigeante, mais elle est enrichissante, utile et intéressante. Je peux retenir de chacune des séquences d’instruction une leçon utile à ma vie. »

À l’engagement

L’avion transportant Annia et ses collègues a décollé de Bâle le 3 avril 2020. Elle s’est mise au travail dès son arrivée au Kosovo. Son engagement pour le maintien de la paix au Kosovo se prolongera jusqu’en octobre. Ensuite, c’est le prochain contingent qui prendra la relève. Pendant la formation et lors de l’engagement sur le terrain, ses collègues - hommes et femmes - ont compris l’importance du travail d’équipe, de l’esprit de camaraderie et de la confiance réciproque : « Lors de notre formation, nous avons appris à identifier nos forces et nos faiblesses. Maintenant, pendant notre engagement, nous savons que nous pouvons compter les uns sur les autres dans chaque situation. »

Où m’adresser pour un engagement à l’étranger ?

IMG-1601_web

Le processus de candidature ou de recrutement est identique pour les femmes et les hommes. Les personnes intéressées trouveront des informations sous www.peace-support.ch pour se porter candidat aux différentes missions de la SWISSCOY. Le service du personnel SWISSINT (n° de tél. 058 467 58 58, sélectionner le 1, ou courriel : rekr.swissint@vtg.admin.ch) répond volontiers à vos questions.

www.peace-support.ch