print preview Retour Page d'accueil

Déminage humanitaire : un témoignage

22.02.2020 | SWISSINT

"Durant l’instruction, j’ai suivi le module de base consacrés aux munitions (Ammunition Basic Course), en compagnie des aspirants de l’équipe de neutralisation des explosifs et munitions (Explosive Ordnance Disposal, EOD) du commandement DEMUNEX (déminage des munitions non explosées). "
"Durant l’instruction, j’ai suivi le module de base consacrés aux munitions (Ammunition Basic Course), en compagnie des aspirants de l’équipe de neutralisation des explosifs et munitions (Explosive Ordnance Disposal, EOD) du commandement DEMUNEX (déminage des munitions non explosées). "

L’instruction est terminée. Claudia Surer est prête pour le service de promotion de la paix qu’elle accomplira dans le Sahara occidental, au Service de l’action antimines des Nations unies, l’UNMAS. Partageant ses impressions avec nous peu avant son départ, elle jette un regard rétrospectif sur les dernières formations qu’elle a suivies.

 

"Après le cours AEME 522+ (pour l’autorisation d’engager des munitions explosives) et le cours d’anglais technique, axé sur la pratique, nous avons surtout passé nos quatre dernières semaines en salle de théorie, à réviser en vue de l’examen final. Nous avons aussi procédé nous-mêmes à la destruction de nos premiers ratés, sous la supervision de professionnels.

Durant l’instruction, j’ai suivi le module de base consacrés aux munitions (Ammunition Basic Course), en compagnie des aspirants de l’équipe de neutralisation des explosifs et munitions (Explosive Ordnance Disposal, EOD) du commandement DEMUNEX (déminage des munitions non explosées). J’y ai appris, en anglais, les bases techniques ainsi que les moyens d’identifier les munitions. Notre équipe a ainsi acquis des connaissances approfondies sur la fonction des différents types de munitions, sur leurs effets, et jusqu’aux plus petits éléments qui les constituent.

Nous avons dû démontrer que nous avions bien assimilé toute cette matière en passant des tests hebdomadaires, ainsi qu’un examen final théorique et pratique à la fin du cours. Ainsi, parallèlement aux séquences d’instruction théoriques, nous avons passé pas mal de temps dans un abri souterrain où nous avons appris à identifier les différentes sortes de munitions sur la base de modèles inertes.

 

« Après avoir identifié le type de détonateur et son mode de fonctionnement, il faut toujours déterminer l’état de l’explosif. Concrètement, sur le terrain, on n’agit pas de la même manière si l’on est face à des munitions non explosées, à des ratés ou à des munitions trouvées. »

Malgré les longues soirées en classe, ou peut-être grâce à elles, notre équipe était particulièrement soudée et nous nous sommes motivés mutuellement : j’en garderai un souvenir particulièrement positif. Cela ne m’a absolument pas dérangée d’être la seule femme parmi les 19 participants au cours ; et je n’ai pas l’impression non plus que cela ait dérangé mes camarades.

Mon instruction touche à sa fin ; je me réjouis d’être bientôt opérationnelle et de pouvoir partir en mission. Maintenant, il ne me reste plus qu’à préparer mes affaires, à enregistrer mes bagages, à régler quelques questions administratives et à passer le plus de temps possible avec ma famille et mes amis !"

 

Nous adressons nos vœux les meilleurs à Claudia Surer pour sa mission d’un an dans le Sahara occidental. Nous nous réjouissons d’ores et déjà d’avoir de ses nouvelles, depuis son secteur d’engagement.