print preview Retour Page d'accueil

Nouvelle médiathèque historique: une collection exceptionnelle

Le centre des médias électronique (CME) a mis en ligne la nouvelle médiathèque historique. Accessible depuis la médiathèque du DDPS, cette nouvelle plateforme rassemble tout le contenu audiovisuel de l'armée à valeur historique.

20.01.2020 | Communication Défense, Anthony Favre

Titelbild

 

Au fil des ans, le centre des médias électroniques de l'armée (CME) a rassemblé un vaste patrimoine audiovisuel qu'il a pour mission de préserver et de valoriser. Après trois ans d'un travail minutieux de tri et de numérisation, la nouvelle médiathèque historique de l'armée est désormais disponible. Celle-ci rassemble des milliers de documents, non seulement du CME, mais aussi d'autres partenaires, notamment la Bibliothèque Am Guisanplatz. Cartes postales, aquarelles, photos d'époque ou encore films: ce patrimoine inestimable couvrant plusieurs siècles d'histoire militaire est désormais atteignable en quelques clics.

Des fonctionnalités de recherche simples

Cette plateforme est accessible depuis la médiathèque du DDPS et ne requière aucun compte d'utilisateur supplémentaire. Elle offre des outils de recherche simples et efficaces. L'utilisateur peut effectuer une recherche par mot-clé ou sélectionner directement la période désirée dans la frise du temps située en haut de la page. Un onglet intitulé « groupes thématiques » permet aussi aux utilisateurs d'accéder à du matériel audiovisuel trié selon des sujets en particulier, par exemple les femmes dans l'armée, les véhicules historiques, le sport ou encore les animaux. En outre, chaque photo et vidéo comporte une courte description et est soigneusement documentée.

Une médiathèque pour tous

Pour l'heure, plus de 2600 photos et 50 films sont déjà en ligne et permettront aux journalistes, historiens, étudiants ou simples passionnés de se plonger dans l'histoire de l'Armée suisse. « Le travail n'est pas terminé et d'autres documents vont venir enrichir la médiathèque dans les mois à venir », explique Roger Perren, responsable du projet.