print preview Retour Page d'accueil

Table ronde PC-21 : informer pour favoriser la compréhension

Le 14 novembre 2019, le commandant des Forces aériennes a convié ses hôtes à la table ronde PC-21 annuelle qui s’est déroulée à la caserne de Walenstadt. Les objectifs de cette manifestation aussi animée qu’appréciée étaient les suivants : transmettre l’information, favoriser la compréhension et offrir des possibilités de discussion et d’échanges de vues.

12.12.2019 | Communication Défense, Saskia Graber

Bild 1_DAM6902_web
Le commandant des Forces aériennes s’adresse aux participants. (Photo: DDPS)

Quelles sont les mesures prises par les Forces aériennes pour diminuer les nuisances sonores dans leurs secteurs d’entraînement ? L’édition 2019 de la table ronde PC-21 répond à cette question. Les Forces aériennes offrent en alternance une plateforme de transmission d’informations à des représentants du monde politique issus des trois secteurs d’entraînement de l’aviation militaire, à savoir Jura, Hohgant et Speer.

L’objectif : diminuer les nuisances sonores

Ces dernières années, la durée d’utilisation de tous les secteurs d’entraînement a continuellement diminué. Cela s’explique par une réduction du nombre des pilotes à former. Les Forces aériennes s’efforcent de contribuer activement à la diminution des nuisances sonores. Le colonel EMG Markus Thöni, commandant de l’École de pilotes des Forces aériennes 85, explique : « Nous n’utilisons les secteurs d’entraînement que lorsque nous le devons et nous veillons à une répartition équitable, aussi à l’intérieur de chaque secteur. » Par ailleurs, nous respectons également les horaires de service de vol ; il n’y a pas de vol pendant la pause de midi, le soir, le week-end et les jours fériés ; en été, il n’y a aucun vol d’entraînement pendant six semaines.

Des modules d’instruction effectués à l’étranger, en France par exemple, permettent de décharger les secteurs d’entraînement suisses. Ils donnent aux élèves pilotes l’opportunité d’élargir leur horizon aéronautique. Il n’est toutefois pas possible de renoncer complètement aux vols d’entraînement dans l’espace aérien suisse, car les futurs pilotes militaires doivent apprendre à opérer dans leur propre secteur d’engagement.

Une plate-forme d’échange d’opinions

Les nuisances sonores, bien que nécessaires pour l’instruction des pilotes, ne sont pas agréables. D’où l’importance d’une plateforme commune permettant d’échanger des points de vue et de communiquer de manière transparente. La discussion finale en plénum a donné à tous les participants la possibilité d’adresser leurs requêtes et de formuler des suggestions. Et cela a été visiblement apprécié, comme l’a souligné M. Angelo Umberg, président de la commune de Walenstadt, après avoir remercié le commandant des Forces aériennes : « Depuis la dernière table ronde à Payerne, il n’y a plus eu de réclamation contre le bruit à Walenstadt. »