print preview Retour Page d'accueil

« Demo 19 » : une puissance maximale grâce à un travail d’équipe

Pendant la démonstration « Demo 19 », une formation de militaires appartenant à différentes armes est parvenue à combattre ensemble un groupe de terroristes et à libérer un village occupé. Les troupes de la Formation d’application génie/sauvetage/NBC se sont associées aux fantassins, aux grenadiers, aux Forces aériennes ainsi qu’aux troupes blindées et de l’aide au commandement pour assurer le succès de l’événement organisé par leur formation.

09.10.2019 | Communication Défense, Michael Senn

demo19_0011(1)
Des grenadiers prennent d’assaut le bâtiment principal de la partie adverse.

« J’espère que je ne vous ai pas fait de trop belles promesses », a lancé à la cantonade le brigadier Stefan Christen, commandant de la Formation d’application génie/sauvetage/NBC (FOAP G/sauv/NBC), prenant la parole après la démonstration réussie. Quelques instants plus tard, le responsable de « Demo 19 » a relevé avec satisfaction que la démonstration a suscité l’enthousiasme, comme l’ont prouvé les applaudissements nourris adressés par le public aux militaires impliqués. Parmi les invités figuraient des représentants du monde politique, des officiers étrangers, de nombreux attachés de défense ainsi que des militaires issus de toutes les armes. Le commandant a souligné que la majorité des recrues qui étaient à l’œuvre accomplissaient leur quinzième semaine d’école de recrues.

Deux ans auparavant, les troupes de sauvetage avaient organisé la première démonstration publique de ce genre, « Demo 17 ». Elles avaient alors montré leurs capacités avec des partenaires civils. L’année suivante, à Bremgarten, c’était au tour des troupes du génie et de leurs sapeurs de chars d’occuper le devant de la scène. Les démonstrations créées par la FOAP G/sauv/NBC ont pour but de présenter le large éventail de capacités et les normes d’instruction élevées de la troupe. Pour la première fois, « Demo 19 » a montré la collaboration d’une formation d’engagement dans le cadre d’un scénario de menace. Une formation composée d’éléments de combat et de grenadiers ainsi que de troupes des Forces aériennes, de la logistique et de la FOAP G/sauv/NBC a rétabli la souveraineté de la Suisse sur une zone urbaine occupée par des terroristes.

Près d’une année de planification

Préparé avec soin, l’engagement a été effectué dans le village d’exercice de la place d’armes de Wangen an der Aare / Wiedlisbach (BE) devant un public nombreux. Pour pouvoir respecter l’horaire serré et présenter un engagement aussi dynamique que possible, les invités ont été expressément priés de se déplacer d’une tribune à l’autre selon une « cadence de marche militaire ».

De manière générale, tout a été entrepris pour que le déroulement des événements soit aussi réaliste que possible. Pour le brigadier Christen, il s’agissait de montrer les prestations possibles de l’armée actuelle. Ainsi, les moyens présentés ont été utilisés uniquement comme ils l’auraient été lors d’un engagement réel. Le commandant de la FOAP G/sauv/NBC a également précisé qu’une exposition organisée sur la place d’armes donnait aussi un aperçu de l’armée du futur.

La formation d’engagement passe à l’attaque

Retour au scénario : des terroristes ont occupé et barricadé le village d’exercice de Weiler. Pour libérer l’accès au village, une chargeuse lourde a dû être employée afin d’éliminer la première barricade, située devant le pont enjambant l’Aar. Auparavant, un spécialiste de l’élimination des munitions non explosées avait mis à feu une charge explosive de façon contrôlée. La voie était désormais libre pour l’infanterie, qui est parvenue sur l’autre rive par bateau ou en traversant le pont à bord de véhicules.

Cependant, une barricade encore plus imposante coupait l’accès au centre du village. Protégé par un char de combat Leopard, ses flancs assurés par les fantassins, un char de dépannage Büffel est ensuite intervenu. Le colosse de 60 tonnes n’a eu aucune peine à dégager les blocs, les carcasses de voitures en feu et les éléments en bois qui obstruaient la route.

L’adversaire ne s’est toutefois pas avoué vaincu aussi facilement. Dans un acte désespéré, les terroristes restants ont dynamité l’hôtel qui se trouvait à l’entrée du village et mis le feu à un autre bâtiment. Les fantassins se sont alors empressés de fouiller chaque bâtiment l’un après l’autre afin d’ouvrir la voie aux autres éléments d’engagement. Un groupe de grenadiers s’est emparé du bâtiment principal et, après l’avoir nettoyé avec succès, a hissé le drapeau suisse sur son toit. Le signal « Libero » indiquait ainsi que la défense NBC et son véhicule d’engagement pouvaient maintenant aussi passer à l’action. En parallèle, les forces de sauvetage se sont portées au secours des civils présents dans l’hôtel détruit.

Une armée de milice performante

Pendant ce temps, l’infanterie a continué sa progression en direction de la partie est du village, puis a rapidement sécurisé cette zone aussi. Deux blessés graves ont été héliportés par un Super Puma. Les spécialistes NBC ont commencé à éliminer une source radioactive après l’avoir sécurisée. Les terroristes ont été capturés et emmenés. Le point d’orgue de la démonstration était ainsi atteint, et les protagonistes se sont alors rassemblés devant la tribune des spectateurs. « Réaliser une démonstration d’un tel niveau après seulement quinze semaines d’instruction : seule notre armée de milice est capable d’une telle prouesse », a souligné le brigadier Christen à l’heure du bilan.