print preview Retour Page d'accueil

«Salut à tous!»

Franchir la barrière des langues pour aller travailler deux mois en Suisse romande, Nils Ackermann l’a fait. Apprenti au sein du Centre logistique de l'armée (CLA) d’Hinwil (ZH), il a quitté temporairement cet été son poste près de Zurich pour aller travailler à Grolley (FR). De tels échanges linguistiques au sein de la Défense constituent à l’évidence un gain pour toutes les parties concernées.

29.10.2019 | Communication Défense, Fahrettin Calislar

L’apprenti Nils Ackermann du CLA d’Hinwil a passé deux mois au sein du CLA de Grolley. (Photos: VBS/DDPS)

Précisons d’emblée que la Suisse romande n’était pas totalement étrangère à Nils Ackermann. Le jeune homme de 18 ans avait en effet déjà accompli sa dixième année scolaire dans le canton de Fribourg. Un retour en terres romandes ne le rebutait donc pas. Nils Ackermann se rappelle que ses parents ont abordé avec lui la possibilité d’un nouvel échange linguistique, sans pour autant lui « mettre la pression ». C’est lui-même qui a entrepris les démarches auprès des responsables des centres logistiques de l’armée d’Hinwil et de Grolley. L’employé de commerce en herbe a donc passé les mois d’août et de septembre de sa deuxième année d’apprentissage – sur les trois que compte sa formation – au CLA de Grolley. En 2018, soit une année plus tôt, un apprenti électronicien francophone du site extérieur de Romont (FR) rattaché au CLA de Grolley avait également participé à un tel échange et s’était donc rendu à Hinwil.

Avec l’expérience de son premier échange linguistique, Nils Ackermann a gagné Grolley sans aucune appréhension, ce qui a facilité son intégration. Ouvert aux idées neuves, avide de découvertes et de nouvelles expériences, il a vite trouvé sa place dans sa nouvelle équipe. Au final, il se déclare très satisfait : « J’ai été bien accueilli et j’ai fait beaucoup de nouvelles rencontres ». Il a grandement apprécié de pouvoir accomplir son travail de manière autonome, tout en bénéficiant lorsque cela était nécessaire d’un accompagnement ; cerise sur le gâteau, il a même été autorisé à participer à un REDIMA avec un collègue.

De l’enregistrement de la commande à la restitution du matériel

À Grolley, Nils Ackermann a travaillé pour la division chargée de la gestion des mandats ; à Hinwil, ce n’est qu’au cours de sa troisième année d’apprentissage qu’il se chargera de telles tâches. La division en question s’occupe de gérer les véhicules défectueux tout au long du processus de maintenance : de la réception jusqu’à la remise à la troupe en passant par la réparation, y compris par les garagistes extérieurs. À Hinwil, il est prévu que Nils Ackermann s’occupe jusqu’à la fin de sa deuxième année d’apprentissage de finances ainsi que de ravitaillement et d’évacuation.

Aujourd’hui, Nils Ackermann reste enthousiasmé par son expérience : « C’était mégacool ! J’ai beaucoup progressé à Grolley. J’ai pris des notes et j’espère pouvoir utiliser à Hinwil les connaissances acquises en Suisse romande ». Il recommande un tel échange. « Mais il faut être motivé à cent pour cent, car on ne connaît personne sur le nouveau lieu de travail, et les journées peuvent dans un premier temps être longues et épuisantes. Il faut donc faire preuve d’endurance ». Nils Ackermann est heureux de pouvoir partager ses expériences avec ses collègues à Hinwil. « J’emporte avec moi de beaux souvenirs de Grolley. Je repasserai vous dire hallo ou plutôt salut ! »

Photos

Grolley

Des collaborateurs satisfaits à Grolley

Véronique Zapf-Galli, qui a supervisé Nils Ackermann durant son stage à Grolley, souligne son engagement et ses bonnes connaissances linguistiques : « Nous lui avons d’abord parlé avec des mots simples. Mais nous nous sommes vite rendus compte que ce n’était pas nécessaire, même si cela a bien sûr facilité son intégration. Ses collègues ont rapidement pu lui confier des responsabilités, sans trop se perdre en explications. Il les a assumées de manière indépendante et s’est montré efficace. Véronique Zapf-Galli estime que Nils Ackermann leur a été d’une grande aide, même s’il a fallu relire à l’occasion l’un ou l’autre de ses textes. Et le bilan est absolument positif : « De notre point de vue, ce fut un échange très enrichissant ».

Christophe Küng, responsable des apprentis au sein du CLA de Grolley, se félicite également du stage de Nils Ackermann : « C’est pour nous le premier échange linguistique de ce genre. Nils a fait preuve de courage en franchissant la barrière linguistique. Pour le CLA de Grolley, les programmes d’échange sont toujours un gain, qu’ils soient internes ou externes. Les participants doivent se familiariser avec de nouveaux processus, apprendre à travailler avec de nouvelles personnes et effectuer de nouvelles tâches. L’idéal serait une rotation de poste, mais il est difficile de trouver deux volontaires travaillant dans le même domaine qui sont disposés à participer à un tel échange au même moment. Christophe Küng déclare : « Nous espérons toutefois pouvoir accueillir bientôt un nouvel apprenti dans le cadre d’un échange de ce type ».