print preview Retour Page d'accueil

Apprentissage et sport : les deux sont compatibles (2e partie)

Mike Neuenschwander, passionné de vélo, s’entraîne jusqu’à quinze heures par semaine et participe, le week-end, à des courses cyclistes sur des distances variant entre 90 et 130 kilomètres. Le programme « Lehre + Sport » lui permet d’effectuer son apprentissage de commerce, au commandement de l’Instruction, tout en poursuivant son entraînement sportif. Dans la deuxième partie de la série qui lui est consacrée, nous accompagnons Mike Neuenschwander à l’entraînement pour en apprendre plus sur son quotidien de sportif.

01.10.2019 | Communication Défense, Helen Alt

Le programme « Lehre + Sport » soutient les jeunes talents dans leur formation comme dans l’atteinte de leurs objectifs sportifs. Mike Neuenschwander peut ainsi concilier de manière optimale son apprentissage et sa carrière de sportif.

Avant qu’il s’élance, tôt le matin, sur son vélo pour rejoindre la gare de Thurnen, Mike Neuenschwander a déjà au moins un entraînement de musculation dans les jambes. La semaine, il est quatre jours au bureau et un jour à l’école professionnelle à Berne. Après l’école ou le travail, il part directement s’entraîner. Outre l’entraînement fractionné et d’endurance, il pratique aussi des séances de régénération et des exercices à l’aide d’un rouleau de fascia pour l’assouplissement des muscles et la stimulation de la circulation sanguine.

En basse saison, ce jeune de dix-huit ans pratique volontiers la course à pied, pour changer de l’entraînement habituel. L’alimentation joue aussi un rôle important dans sa carrière de sportif. Néanmoins, il ne suit pas un plan nutritionnel fixe. Il veille simplement au bon équilibre de ses repas et à un apport énergétique suffisant. « Mon repas préféré, les hamburgers, n’est pas une nourriture très recommandée, mais je m’accorde ce plaisir de temps à autre », dit-il en souriant.

Afin d’évaluer la condition physique du jeune cycliste, son entraîneur, Bruno Diethelm, le soumet deux fois par an à un test d’endurance. Selon les résultats, il lui fixe des objectifs intermédiaires et adapte si besoin est le programme d’entraînement. De son poulain, Diethelm dit : « Mike se bat pour devenir coureur cycliste. Malgré des blessures cette année et l’année dernière, il reste fidèle à son objectif, s’adapte à la nouvelle donne et redouble d’application. » Ce qu’il apprécie surtout chez Mike Neuenschwander, c’est sa ténacité et son esprit analytique. Ces qualités l’aident à coup sûr dans la pratique de son sport mais aussi dans sa formation professionnelle, son entraîneur en est persuadé.

Pendant son temps libre, Mike Neuenschwander est souvent en route avec son frère, qui est aussi son plus grand admirateur. Ensemble, ils font des virées en ville, de la photographie ou des balades dans la campagne. Mais abandonner totalement le vélo pendant ses loisirs, Mike Neuenschwander n’y songe pas. En ce moment, il remet en état un vélo de course noir laqué mat. Les vélos, c’est ma passion, explique le futur employé de commerce avec un air malicieux pendant qu’il installe un câble de frein.

Mike Neuenschwander

La passion des courses cyclistes

Sportif de compétition, Mike Neuenschwander, dix-huit ans, effectue actuellement sa quatrième année d’apprentissage d’employé de commerce au sein du commandement de l’Instruction, et ce dans le cadre du programme « Lehre + Sport ». Il s’entraîne une quinzaine d’heures par semaine et participe à des courses cyclistes le week-end, sur des distances variant entre 90 et 130 kilomètres. Grâce à la flexibilité offerte par l’armée aux jeunes talents, Mike Neuenschwander peut faire son apprentissage en quatre ans au lieu de trois.

Vous en apprendrez plus dans notre prochain article sur la manière dont Mike Neuenschwander gère son quotidien d’apprenti et de sportif de haut niveau, sur les succès qu’il a déjà obtenus et sur les défis qu’il doit encore relever. Nous le suivrons pour cela au travail, à l’entraînement et durant son temps libre.

Articles déjà publiés