print preview Retour Page d'accueil

Mon apprentissage à l’Armée suisse : mécatronicien d’automobiles, orientation véhicules utilitaires

De l’entretien du vélomoteur à la réparation d’un camion. Tobias Fierz, apprenti mécatronicien d’automobiles de 4e année, a découvert sa passion très tôt. Avant de s’inscrire à la journée découverte du Centre logistique de l’armée d’Othmarsingen, il avait déjà, à 14 ans, passé des heures à retaper son Maxi Puch. Arrivé dans l’atelier des camions, son enthousiasme pour le métier ne l’a plus quitté. Il s’est inscrit sur le champ à la place d’apprentissage de mécatronicien d’automobiles.

09.09.2019 | Personal Verteidigung, Helen Alt

190909-Thema-des-Monats_fr
Tobias Fierz, apprenti mécatronicien d’automobiles de 4e année.


C’est une très bonne décision, dit son formateur Peter Thoma : « Tobias Fierz est extrêmement motivé. Il possédait déjà de grandes connaissances du métier au début de son apprentissage. » Le jeune homme, âgé aujourd’hui de 19 ans, effectue aussi une maturité professionnelle parallèlement à son apprentissage – ce que nous apprécions beaucoup naturellement.

Tobias Fierz a l’intention, après son apprentissage, d’étudier l’électrotechnique à la Haute école spécialisée de Lucerne. Mais avant cela, il doit encore accomplir son école de recrues. Pendant les vacances, ce jeune sportif suit les premiers cours préparatoires à la formation d’éclaireur parachutiste, fonction qu’il souhaite occuper à l’armée et qui requiert de la discipline, de l’endurance et une bonne condition physique, des aptitudes qu’il possède déjà. Six à sept fois par semaine il pratique la course à pied matinale. Sa journée de travail terminée, il s’astreint à des cours de condition physique avant de rentrer faire ses devoirs d’apprentissage. « Oui, mes journées sont bien remplies, mais cela en vaut la peine », dit-il du haut de son mètre quatre-vingt-dix. L’électronique est sa grande passion et, fort du soutien de son entreprise formatrice, il est motivé pour poursuivre ses objectifs.

Les apprentis du CLA Othmarsingen ont le privilège de disposer d’une grande autonomie dans leur travail. Tobias Fierz met à profit cette liberté d’action pour appliquer les connaissances acquises dans les processus mécaniques et les transmettre aux nouveaux apprentis. Peter Thoma ajoute : « C’est clairement l’une de ses forces : Fierz apporte son savoir et le transmet volontiers aux autres. Cette attitude est une grande valeur ajoutée qui contribue au bon climat de travail dans l’atelier. » Par contre, le travail répétitif est moins passionnant. Sur certains camions, les fuites d’huile sont récurrentes. « Une fois, j’ai dû réparer la même fuite d’huile sur six camions à la suite. C’était barbant. », raconte Fierz.

Malgré le sérieux et la précision de mise pour effectuer les travaux, un brin d’humour est toujours bienvenu dans l’atelier. Une blague classique consiste à envoyer les jeunes apprentis dans le stock de pièces détachées pour chercher l’étincelle d’allumage ou à leur demander de récupérer la jauge pendant la vidange de 29 litres d’huile moteur. La raison pour laquelle tous les autres, à ce moment-là, s’éloignent de cinq mètres du déversoir d’huile reste un secret bien gardé…
 

Un apprentissage dans l’armée ouvre des perspectives

Un apprentissage auprès de l’Armée suisse constitue un tremplin idéal vers le monde professionnel. Dès le premier jour, tu es encouragé et encadré par des spécialistes. Tu travailles dans un environnement dynamique, tes tâches sont multiples et variées, ce qui te permet d’évoluer constamment. Sais-tu qu’à la Défense nous formons plus de 500 apprentis à plus de 30 métiers sur 50 sites différents ?

Continuer à lire