print preview Retour Page d'accueil

Formation tertiaire à l’École de sous-officiers de carrièr

L’École de sous-officiers de carrière de l’armée (ESCA) permet d’obtenir le titre de formatrice ou formateur avec brevet fédéral. Le centre de compétences pour l’instruction et le perfectionnement des sous-officiers de carrière offre la possibilité de suivre cette formation de degré tertiaire. Il a été accrédité à nouveau en avril 2019 par la Fédération suisse pour la formation continue.

09.07.2019 | Communication FSCA, Michelle Steinemann

20190704 Kl Waser Ausb Theo
Formation des aspirants à l’ESCA, la maison-mère des sous-officiers de carrière.

Les sous-officiers de carrière s’occupent principalement de l’instruction, de la conduite, de l’éducation, de l’accompagnement et de la sélection des cadres de milice. Leur fonction de coach et d’instructeur nécessite de bonnes compétences didactiques. Ils doivent savoir préparer des exercices, conduire la troupe durant ceux-ci et en évaluer les résultats, et ce tout en ayant une manière d’instruire adaptée aux adultes. C’est ce qu’ils apprennent durant les deux ans d’instruction de base puis lors des stages de perfectionnement et des formations, dont celles dispensées par l’ESCA.

Les sous-officiers de carrière reçoivent le brevet fédéral de formateur ou formatrice d’adultes à la suite de l’instruction et du perfectionnement. Délivré par la Fédération suisse pour la formation continue, ce diplôme leur permet de dispenser des instructions aux sous-officiers notamment, que ce soit dans leur propre domaine de spécialisation ou dans le cadre des activités militaires. « Il s’agit d’un diplôme de degré tertiaire, donc de niveau supérieur », explique le brigadier Heinz Niederberger, commandant de l’ESCA. « On peut le comparer à une maîtrise. »

De la transparence grâce à la comparabilité

« L’ESCA a le monopole de la formation au sein de l’armée. C’est pourquoi il est important pour nous de nous comparer avec d’autres institutions de formation pour adultes », poursuit le brigadier Niederberger. Cinq ans après la première accréditation, l’ESCA s’est à nouveau soumise aux examens de la Fédération suisse pour la formation continue et a passé l’épreuve. Elle n’a d’ailleurs pas à rougir de ses résultats puisque 91 % des aspirants obtiennent le diplôme, ce qui se situe au-dessus de la moyenne suisse qui s’élève à 84 %. Près d’un huitième des quelque 480 diplômes remis annuellement en Suisse le sont à des sous-officiers de carrière.
Durant le service, les militaires de milice sont ainsi encadrés par des sous-officiers de carrière qui disposent d’une formation supérieure, spécifiquement adaptée à l’enseignement aux adultes. Les aspirants sof carr ne sont toutefois pas les seuls à pouvoir suivre les cours de l’ESCA. Les militaires de carrière actifs issus de divers domaines techniques, les enseignants spécialisés et d’autres collaborateurs du Groupement Défense peuvent y participer, dans la limite des places disponibles.

Un diplôme valorisé

Les sous-officiers de carrière qui exercent une fonction à l’échelon d’engagement 3 doivent avoir le diplôme. S’ils ont accompli leur formation avant 2003, année de la certification, ils doivent suivre les cours correspondants dans le cadre de leur perfectionnement. Les enseignants à l’ESCA doivent également être diplômés, qu’il s’agisse du brevet fédéral ou d’un diplôme d’une haute école. Outre l’attestation « Recognised for Excellence 5 Star », la certification témoigne de la haute qualité des cadres que la Formation supérieure des cadres de l’armée (FSCA) et l’ESCA forment pour demain.