print preview Retour Page d'accueil

Protéger les ressources et encourager les énergies renouvelables

L’armée compte des sites dans toute la Suisse, soit quelque 7500 bâtiments et installations en tout qui nécessitent de l’énergie pour être exploités. Pour assumer son rôle de modèle au sein de la Stratégie énergétique 2050 de la Confédération, le DDPS veut réduire sa consommation globale d’énergie, renoncer autant que possible aux combustibles fossiles et, à long terme, utiliser des énergies renouvelables pour s’éclairer et se chauffer.

23.07.2019 | Communication Défense, Eve Hug

180910_Logo-TdM_f
À la base aérienne d’Alpnach, deux spécialistes d’armasuisse contrôlent les panneaux solaires installés sur le toit du hangar.. (Photos: armasuisse Immobilier)

Le patrimoine immobilier du DDPS comprend des bâtiments administratifs, des places d’armes, des bases aériennes, des casernes, des arsenaux et bien d’autres infrastructures dans tout le pays. Sur l’ensemble de ses sites, le DDPS compte quelque 7500 bâtiments et installations dont l’alimentation thermique et électrique représente environ 35 % de sa consommation totale d’énergie.

Des mesures futuristes

En tant que grand consommateur d’énergie, le DDPS assume une responsabilité considérable. Son programme énergétique 2020 lui permet d’avancer concrètement vers la vision d’une société à 2000 watts en contribuant à réaliser les objectifs nationaux de politique climatique et énergétique. Les mesures formulées visent à économiser les ressources non renouvelables, ainsi qu’à réduire les émissions nocives pour le climat et, à long terme, sa consommation énergétique globale. Le DDPS entend recourir autant que possible à des sources d’énergie renouvelables et augmenter son autonomie de production de courant et de chaleur. Dans cet objectif, les toits et les façades recèlent un fort potentiel de production d’énergie solaire. Concrètement, le DDPS doit abaisser ses émissions de CO2 de 20 % au moins d’ici à 2020 par rapport aux chiffres de 1990. De plus, la part d’énergies renouvelables dans sa consommation énergétique globale doit augmenter de 50 % au moins entre 2010 et 2020.

Le poids de la mission de l’armée

En plus de relever ces défis écologiques, le programme énergétique du DDPS doit être axé sur la sécurité de l’approvisionnement en énergie, une priorité pour l’armée. Dans une perspective à long terme, fonder l’autonomie énergétique de l’armée sur les énergies renouvelables tient d’autant plus de la gageure que la production de celles-ci varie en fonction des saisons et des conditions météorologiques. Il ne s’agit pas seulement de satisfaire des exigences écologiques, mais aussi de ne pas perdre de vue la mission de l’armée et la mise à disposition de l’énergie nécessaire à son accomplissement. La voie est étroite entre viser la solution énergétique la plus efficace et assurer en tout temps l’approvisionnement énergétique dont l’armée a besoin pour garantir son engagement.

L’application de la stratégie énergétique

En raison du changement climatique et de la raréfaction des ressources naturelles, l’armée s’est fixé pour objectif à long terme d’employer uniquement des sources d'énergie renouvelables pour produire la chaleur et l’électricité nécessaires à l’immobilier militaire, avec un haut degré d’auto-approvisionnement. Le DDPS a d’ailleurs commencé à concrétiser les principales orientations de son programme énergétique : en 2018, il avait déjà réduit de 28 % ses émissions de CO2 par rapport à 2001 et, pendant la même période, il a diminué de 17 % sa consommation d’énergie tout en augmentant de 28 % la part d’énergies renouvelables dans sa consommation globale. Son électricité est déjà entièrement produite à partir de sources d’énergie renouvelables, et la part de ces énergies est déjà de moitié pour la production de chaleur, et va passer à 100 % dans un avenir proche.

Une solution intelligente

L’objectif pour 2019 est d’optimiser la performance énergétique, par exemple en utilisant des énergies renouvelables pour construire ou rénover des bâtiments, en appliquant les normes Minergie et en améliorant systématiquement les équipements techniques des aménagements existants. Pour chaque édifice d’envergure envisagé, le DDPS applique, dès l’étude des besoins, des objectifs concrets tirés du programme énergétique, comme l’abandon de toute énergie fossile et l’installation d’un système photovoltaïque. La consommation électrique est réduite autant que possible, notamment grâce au choix judicieux des installations (électriques, frigorifiques, sanitaires, etc.). Ainsi, l’armée fait d’une pierre deux coups en contribuant à la lutte contre le changement climatique et en accroissant son autonomie énergétique.

 
 
 
 

Les systèmes photovoltaïques au DDPS

En 2018, le DDPS disposait de 44 systèmes photovoltaïques représentant une surface de 41 633 m2 et fournissant une puissance totale de 5745 kWp. Ainsi, l’an passé, ces panneaux solaires ont produit 5,2 GWh de courant, suffisamment pour alimenter l’ensemble des sites du DDPS en électricité. Le groupe armasuisse Immobilier a procédé à une analyse complète en 2013. En évaluant le potentiel des énergies renouvelables, il a montré que la production annuelle pouvait être portée à 90 GWh mais, compte tenu de l’utilisation temporaire des différents sites, ce potentiel se situe autour de 44 GWh par an, et en tenant compte des frais d’investissement actuels dans le photovoltaïque, il est de 15 GWh par an. Le DDPS a mis en place des processus standard ainsi que des directives et instruments techniques qu’il applique à tous ses projets de rénovation comme de construction dès lors qu’ils ont une certaine envergure. Il s’agit d’assurer à la fois une exécution correcte, dans les règles de l’art, et une exploitation adéquate.

Photos

Thèmes associé

Écologie