print preview Retour Page d'accueil

SWISSINT : s’engager pour la promotion de la paix à l’étranger

Depuis 1953, les militaires suisses s’engagent en zones de guerres et de conflits dans 18 pays à travers le monde. Le pivot de ce programme pour la promotion de la paix à l’étranger : le Centre de compétences SWISSINT, établi à Stans-Oberdorf dans le canton de Nidwald.

11.06.2019 | Communication SWISSINT

180910_Logo-Thema-des-Monats_FR
Depuis 30 ans, les militaires suisses s’engagent dans le cadre de missions de l’ONU, tels que ces observateurs militaires de l’ONUST au Proche-Orient. (Photos: SWISSINT)

Observatrice militaire au pied des cimes du Cachemire, spécialiste en banque de données pour les opérations de déminage dans l’immensité désertique du Sahara occidental ou responsable de cours dans un centre de formation baignant dans la touffeur tropicale du Ghana : 270 Suisses et Suissesses effectuent actuellement les missions volontaires les plus diverses en faveur de la promotion militaire de la paix dans 18 pays à travers le monde.

30 ans de missions, pour l’ONU également : longévité et diversité

Cette année marque le 30e anniversaire de l’engagement de l’Armée suisse dans des opérations de maintien de la paix, dont un grand nombre sont menées sous l’égide de l’ONU. Les missions internationales sont aussi nombreuses que variées. En effet, affectés individuellement au Proche-Orient, en République démocratique du Congo, au Soudan du Sud, au Cachemire, au Mali ou au Sahara occidental, les soldats suisses de la paix sont actifs en qualité d’observateurs militaires, d’officiers d’état-major ou de membres du programme de déminage.

Stationné au Kosovo depuis 20 ans, le contingent de la SWISSCOY est celui qui mobilise le plus de militaires, soit 190 soldats au total (165 dès octobre 2019), et qui réunit le plus grand nombre de fonctions différentes. Le travail des quatre équipes de liaison et de surveillance (Liaison and Monitoring Teams) y est fondamental ; il consiste à maintenir le contact avec la population locale ainsi qu’avec les titulaires de fonctions dans divers domaines de la société. Surnommées « les yeux et les oreilles » de la Force pour le Kosovo (KFOR), ces équipes jouent ainsi un rôle de préalerte auprès du commandement de la mission. La SWISSCOY fournit également des prestations relatives au transport aérien, aux soins médicaux, à l’élimination de munitions non explosées et offre son appui au quartier général de la KFOR. En collaboration avec les États membres de l'organisation, elle contribue ainsi à la stabilité et à la sécurité du pays.

Les militaires suisses sont également présents au sein de l’EUFOR en Bosnie Herzégovine ; ils sont responsables de cours dans des centres de formation pour la promotion militaire de la paix de l’ONU, au Kenya et au Ghana, et représentent l’Armée suisse aux quartiers généraux de l’ONU à New York ainsi que de l’OSCE à Vienne. Par ailleurs, des officiers suisses sont stationnés depuis 1953 à la ligne de démarcation entre les deux Corées. Ce fut en effet, le premier engagement de promotion de la paix à l’étranger effectué par la Suisse.

Centre de compétences SWISSINT : un point névralgique

Le lieu de convergence de tous ces engagements n’est autre que le Centre de compétences SWISSINT, établi à Stans-Oberdorf. C’est là que les futurs soldats de la paix sont recrutés, équipés et formés pour les missions. Ils apprennent comment se protéger et protéger leurs camarades et bénéficient d’une instruction en adéquation avec les particularités d’un engagement à l’étranger. Celle-ci comprend la sensibilisation au danger des mines (Mine Awareness Training), le développement des compétences interculturelles, l’apprentissage des règles d’engagement (Rules of Engagement), l’entraînement à la conduite d’entretiens et plus encore. Une fois prêts à l’engagement, les soldats de la paix sont envoyés sur le terrain pour une durée de six mois à un an, selon leur fonction. Pendant cette période, ils restent étroitement en contact avec le Tactical Operations Center, en charge lui aussi d’observer et d’évaluer la situation dans chaque pays concerné. Enfin, après l’engagement, un débriefing est effectué, permettant ainsi de tirer les leçons des expériences acquises, notamment durant la formation dont profiteront bientôt d’autres futurs soldats en vue de nouvelles missions.

Photos

Thèmes associé

Missions à l’étranger