print preview Retour Page d'accueil

La motivation de devenir musicienne militaire

Devenir musicien militaire exige beaucoup d'engagement et un haut niveau de connaissances techniques de la musique et de son instrument. Un chemin qui commence généralement à l'âge de dix ans. Svea Bärchtold, talentueuse joueuse de tambour de Thoune, a accompli son école de recrues avec succès. Elle raconte son expérience et explique pourquoi une école de recrues est aussi intéressante pour les musiciens.

04.06.2019 | Communication Défense, Giorgio Krüsi (texte et photos)

TdM_f

 

Elle n'avait que sept ans quand elle assistait, il y a treize ans, à un défilé des tambours, dans sa commune de Thoune. Elle a été frappée par cet instrument qu’elle a commencé à jouer et à étudier à l’âge de huit ans. Le tambour est devenu sa grande passion, au point qu'à douze ans, son professeur de musique lui a suggéré de s'inscrire à la classe d'art et de sport de la 7e à la 9e année scolaire.

La soldat Svea Bärchtold a toujours entendu parler de musiciens en uniforme dans l'Association des cadets de Thoune (Kadetten Thun). Elle s'est fixé comme objectif de devenir musicienne militaire. A l'âge de quinze ans, elle a participé à son premier cours préparatoire donné par le Centre de compétence de la musique militaire. En 2018, à l'âge de dix-neuf ans, elle a réussi l'examen d'entrée. Elle s’est ainsi annoncée à Sumiswald pour le processus de recrutement où elle a signé pour le service volontaire. Elle a été recrutée pour l'école de recrues de la musique militaire qui a commencé en janvier 2019 et vient de s'achever.

DSC00860

Parmi les 91 musiciens de l'école de recrues de la musique militaire 16-1/2019, il y avait plusieurs talents, certains d'entre eux déjà actifs dans des formations de pointe de la scène musicale suisse, comme le Top Secret Drum Corps de Bâle. « Nous entrons en service techniquement prêts à jouer de notre instrument. Il n'est pas évident de s'entraîner huit heures par jour. Grâce à l'école de recrues, tout le monde s'améliore et atteint un niveau très élevé », explique Svea Bärchtold. A Thoune, elle a grandi avec deux frères et son intégration à l'école de recrues n’a posé aucun problème. Elle a travaillé dur mais s'est aussi amusée et a surtout rencontré de bons camarades, dont une autre femme, trompettiste.

Svea se réjouit de retourner chez elle dans la vie civile, de retrouver ses amis et enfin de poursuivre ses études. Son rêve est d'étudier la médecine dentaire: là aussi, elle devra faire face à une grande sélection. Surtout, elle entend transmettre sa passion pour le tambour aux plus jeunes au sein de l'Association des cadets de Thoune. Svea est heureuse de son expérience militaire et espère qu'elle sera suivie par de nombreux autres jeunes musiciens. « Je leur dis de ne jamais perdre leur motivation et le plaisir pour leur instrument. Plus vous vous entraînez, mieux c'est, et plus vous vous amusez. »

Le chemin pour devenir musicien militaire

L'examen d'admission est divisé en cinq parties. En plus de l'examen écrit, le candidat doit démontrer qu'il sait lire et interpréter la musique (temps de préparation de 30 minutes), qu'il connaît les bases de l'instrument, qu'il connaît la théorie de la musique et, bien sûr, qu'il peut jouer des morceaux difficiles (un « Basler Marsch » et un morceau préparé par le candidat). L'examen a une validité de 12 mois et ne peut être passé qu'une seule fois. Si le candidat est jugé apte au service, il peut être incorporé comme percussionniste, tambour ou trompettiste.

Photos

Liens

Thèmes associé

Musique militaire