print preview Retour Page d'accueil

Garder le contact avec la Suisse

Deux fois par an, un contingent de militaires monte dans un avion à destination du Kosovo pour y participer à la mission de la Swisscoy. Parmi eux se trouvent aussi des collaborateurs civils de la Base d’aide au commandement (BAC). Spécialistes des technologies de l’information et de la communication, ils assurent le bon fonctionnement, à l’étranger aussi, des réseaux de communication de l’armée.

27.06.2019 | Communication Défense, Anna Muser

TdM_f
La mise en place de l’infrastructure informatique au Kosovo est le fruit d’une collaboration entre la BAC et les membres de la Swisscoy.

La Base d’aide au commandement (BAC) dispose de quelque 10 000 articles au Kosovo et en Bosnie-Herzégovine pour assurer les liaisons avec la Suisse, notamment des ordinateurs portables, des câbles réseau, des commutateurs, des téléphones UCC, des imprimantes et toute l’infrastructure du réseau. Ces composants restent sur place, mais à chaque changement de contingent, un service de maintenance est effectué, et si nécessaire des réparations. C’est là qu’interviennent les spécialistes de la BAC, qui consacrent une semaine à la remise en état du matériel de la Swisscoy avant de revenir en Suisse. Ensuite, le contingent suisse répare lui-même les systèmes en cas de panne. C’est pour assurer cette autonomie technologique que deux responsables sont formés sur chaque site à la gestion des moyens informatiques.

Saut technologique

L’engagement de la BAC au Kosovo coïncide avec l’arrivée sur place du premier contingent de l’Armée suisse en 1999. Au début, les systèmes étaient encore hétérogènes, mais entre-temps, l’infrastructure informatique a connu une avancée technologique majeure. La BAC a en effet procédé à une standardisation de ses systèmes en 2017 qui fait beaucoup d’envieux parmi les représentants des différentes nations participant à la KFOR. Il suffit d’entrer dans un conteneur de la Swisscoy pour le comprendre : câbles tirés et rangés proprement, étiquetage clair et systématique, processus définis et structurés. Ce travail d’orfèvre a été conduit par le centre de commandement de la BAC à Berne. En effet, ses collaborateurs sont chargés du bon fonctionnement des systèmes d’information et de communication aussi à l’étranger. Lors du saut technologique opéré en 2017, ils ont pu par ailleurs compter sur des spécialistes des stations radar militaires qui, habitués à travailler dans des conditions difficiles, leur ont fourni une aide très utile.

20180323_120108_kl
Propre en ordre : l’infrastructure informatique de la BAC au Kosovo est fidèle à la tradition suisse.

En contact avec la Suisse, partout dans le monde

Les moyens informatiques de la BAC sont utilisés un peu partout dans le monde par les observateurs militaires suisses, qui disposent chacun d’un ordinateur portable configuré par les spécialistes bernois. Ces appareils sont renforcés de manière à résister aux conditions les plus extrêmes de température ou d’humidité, et même aux tempêtes de sable. Mais un ordinateur, ce n’est pas qu’un disque dur et des câbles en cuivre. C’est aussi un objet à forte charge émotionnelle : aussi éloigné qu’il se trouve du pays, tout militaire suisse est relié à travers lui à sa famille et à ses proches.

Thèmes associé

Missions à l’étranger