print preview Retour Page d'accueil

Le principe de la marmotte dans la cyberdéfense

Les cyberattaques sont un phénomène quotidien. Pour les États, les entreprises et les particuliers, la question essentielle n’est pas de savoir s’ils seront effectivement victimes d’une attaque dans le cyberespace, mais avec quel niveau de professionnalisme et quelle intensité cette attaque sera menée. L’échange d’informations au sujet des agresseurs constitue une méthode efficace pour se protéger contre les cyberattaques. Alain Mermoud, collaborateur scientifique à l’Académie militaire de l’EPF de Zurich, a fait des recherches à ce sujet pour sa thèse de doctorat.

13.05.2019 | Communication Défense, Michelle Steinemann

IMG_4258

 

La première marmotte qui repère un ennemi avertit les autres avec un sifflement caractéristique pour que tout le groupe puisse se mettre à l’abri à temps. Cette méthode peut également être appliquée dans la cyberdéfense. Un membre d’un réseau peut diffuser rapidement et de manière transparente des informations sur l’agresseur et le type d’attaque sur une plateforme réservée à cet effet, ce qui permet aux autres membres de prendre immédiatement les mesures nécessaires. 

Partager ses informations ou non

Pour les exploitants d’infrastructures critiques, cette manière de procéder n’est pas dépourvue de risques. D’une part, ils ne désirent pas partager avec d’autres des informations acquises à des coûts élevés, et d’autre part, il n’est pas toujours facile d’évaluer le degré de confiance que l’on peut accorder aux autres partenaires. En revanche, le partage des informations permet d’améliorer la capacité technique de résistance de l’ensemble du cyberespace, et les frais d’acquisition des informations peuvent être répartis entre tous les utilisateurs, ce qui entraîne une réduction appréciable des coûts.

Dans le cadre de sa thèse de doctorat, Alain Mermoud a procédé à un sondage auprès des utilisateurs de la Centrale d’enregistrement et d’analyse pour la sécurité de l’information de l’administration fédérale (MELANI). Le point le plus important était de déterminer les critères à remplir pour inciter les utilisateurs à accepter un échange d’informations. Une analyse empirique en a révélé cinq, à savoir la réciprocité de l’échange, la valeur des informations, les obstacles institutionnels existants, la réputation de la plateforme et la confiance vis-à-vis des autres partenaires. En résumé, on peut dire que des institutions acceptent d’échanger leurs informations au sujet de cyberattaques si la plateforme est fiable et bien protégée, si elle est gérée par des règles claires et si les institutions tirent un profit de cette forme d’échange. 

Partage obligatoire ou facultatif ?   

En été 2018, le Parlement a reçu une interpellation  qui exige l’introduction d’une obligation d’annoncer les cyberattaques et de procéder à un échange d’informations. Toutefois, l’analyse des données faite par Alain Mermoud conclut qu’une communication adéquate, une plateforme fiable et incitative et un bénéfice approprié peuvent davantage convaincre qu’une obligation prononcée par l’Etat. 

Reconnaissance scientifique et utilité pratique

La thèse d’Alain Mermoud a reçu le soutien de l’Académie militaire de l’EPF de Zurich et de l’université de Lausanne. Elle constitue un bon exemple du niveau de qualité élevé des publications scientifiques de l’ACAMIL ainsi que de l’utilité pratique de ces travaux pour l’armée comme pour la société en général. Grâce à son activité d’officier de renseignements de milice, Alain Mermoud a pu mettre ses connaissances au service de la recherche, et l’armée à son tour tire profit des résultats obtenus.

 

Photos