print preview

Retour Page d'accueil


Fin des travaux

Ils se tiennent immobiles, regardent avec de grands yeux et s’émerveillent: quand les enfants rencontrent l’armée, difficile de les sortir de leur rêverie. Pendant le WEF se côtoieront une école et un poste médical avancé.

13.01.2023 | CUMINAIVEL | rb/fe

Ce matin, Davos se réveille sous la neige. Le village n’est pas très animé. Seuls quelques rares piétons et skieurs se croisent dans les rues. Même le trafic reste gérable. D’aucuns diraient que c’est le cas calme avant la tempête. Cependant, les nombreux préparatifs pour le Forum économique mondial (WEF) attirent l’attention. L’accès aux bâtiments est bouclé à l’aide de grillages et de barbelés. Des camions chargés de panneaux en bois vont et viennent. Des policiers patrouillent dans les rues de la station. Et puis il y a aussi l’armée, en engagement pour la sécurité pendant le WEF. Dans le préau d’une école davosienne retentissent le bruit d’une tronçonneuse, l’ordre de décharger des poutres et le tintement des barrières territoriales: un détachement du bataillon d’intervention d’aide en cas de catastrophe (Kata Hi Ber) est en train d’installer un poste médical avancé, aussi appelé centre de secours.

Le détachement du bat Kata Hi Ber, composé principalement de militaires du génie, avait déjà terminé les premiers préparatifs avant Noël: les pistes de roulage avaient été déroulées dans le préau et une plateforme en bois avait été montée par-dessus. Dans quelques jours, une grande tente de triage d’une compagnie sanitaire (cp san) et une tente de protection NBC pour la décontamination seront dressées. Dans le centre de secours seront enregistrées les coordonnées des patients blessés et sera effectué le contrôle des dommages. À cet effet, les nouveaux arrivants seront triés en fonction de leurs blessures.

Accès direct au poste de secours avancé

Il manque encore quelques détails importants avant que le poste médical avancé de la cp san et des troupes de défense NBC ne soit opérationnel. Là aussi, les sapeurs sont responsables. Ils construisent en ce matin les accès à la plateforme et installent des rampes d’accès direct à la salle de gymnastique de l’école. C’est là que les militaires blessés seront soignés pendant le WEF. Par ailleurs, les sapeurs renforcent la défense autour du poste de secours avancé. Le contrôle d’accès n’autorisera l’accès au centre de secours qu’aux ayants droit.

Le premier-lieutenant Patrick Jost, responsable adjoint des constructions du bat Kata Hi Ber, a bon espoir que les préparatifs seront achevés à l’heure. «Nous sommes dans les temps, surtout grâce au fait que la neige ne nous a pas retardés jusqu’à présent.» Les années précédentes, le travail des sapeurs avait en effet été retardé à plusieurs reprises. «Il y a même eu des années où deux mètres de neige sont tombés en très peu de temps. Le trafic s’en était retrouvé sens dessus dessous et nous avions dû travailler avec de la poudreuse jusqu’aux genoux», se souvient le colonel Frédéric Mohr, responsable des troupes du génie depuis le WEF 2017. Dans de telles circonstances, des retards dans la mise en place sont presque inévitables.

Prise en compte des écoliers

En plus de la neige et des températures froides, un facteur particulier doit être pris en compte cette année: le centre de secours se trouve à côté d’une école. «Pendant la mise en place, il faut faire particulièrement attention aux enfants», explique le plt Jost. Les mesures de précaution sont donc particulièrement élevées. Ainsi, plusieurs militaires ont assisté la sortie des véhicules en marche arrière. «La curiosité des enfants fait certes plaisir à voir, mais nous devons toujours assurer une distance suffisante de sécurité avec nos militaires», conclut le plt Jost.

Remise à la fin de la semaine

«La conception du poste médical avancé a été discutée comme chaque année avec la police cantonale», explique le col Mohr. Sa construction doit être soignée et réfléchie. Dans le cas contraire, l’objet militaire ne conviendrait pas à l’engagement. La mission ne serait alors pas remplie.

Une fois les travaux terminés dans le secteur de Davos, le bat Kata Hi Ber rentrera en caserne pendant la semaine du WEF. C’est là que logent les militaires du bat en service long. Ils ne reviendront à Davos qu’une fois la manifestation terminée pour démonter les installations.


Retour Page d'accueil