print preview Retour Page d'accueil

Conducteur avec passion

Pendant le WEF, le soldat Tim Muller parcourt des centaines de kilomètres dans sa voiture. Le jeune homme de 25 ans est le chauffeur personnel du commandant de la division territoriale 3. Le natif des Grisons ne pourrait pas imaginer un meilleur emploi au sein du WEF.

24.01.2020 | CUMINAIVEL | ac/lj

Fahrer aus Leidenschaft

 

Sur le parking devant le complexe de bureaux, le soleil fait fondre les derniers restes de neige. Le soldat Tim Müller se tient devant l'escalier, les mains dans les poches de son pantalon, et cligne brièvement des yeux vers le ciel. Il attend. Cela fait partie de sa mission tous les jours. Le sdt Müller est le chauffeur personnel du divisionnaire Lucas Caduff. Lorsque le WEF se déroule à Davos, le sdt Müller est à la disposition du commandant de la division territoriale 3 pendant plusieurs semaines.

BMW au lieu de Duro

Müller explique qu'il a d'abord été formé en RS comme un simple fantassin. Le fait qu'aujourd'hui il ne soit pas transporté à travers le champ à l'arrière d'une Duro, mais qu'il soit assis à l'avant gauche dans une BMW blanche, est dû au hasard. «Quand on cherche un nouveau chauffeur pour le commandant de division, il doit venir de préférence de la région, comme Caduff.» Un coup de chance pour le grison Müller. Après un court stage de conduite, il a obtenu le poste. En attendant, c'est déjà son quatrième WK, où le sdt Müller est autorisé à conduire le divisionnaire. La plupart du temps, les voyages vont à Davos et dans les environs, mais parfois il a un rendez-vous à Berne tard dans la soirée. «Il faut toujours être concentré, même si les journées en tant que chauffeur peuvent être longues.»

«Je conduis presque trop prudemment.»

Les voitures sont la passion de ce jeune homme de 25 ans. Dans la vie civile, il travaille comme ingénieur en mécatronique automobile et conduit une Corvette dans le civil. Il a également suivi les cours nécessaires pour obtenir une licence de course. Mais au volant de sa voiture de fonction, le sdt Müller est conscient de sa responsabilité. «Ici, je conduis presque trop prudemment.» Il ne veut pas imaginer ce qui se passerait s'il avait un accident avec l'officier de division sur le siège arrière.

Tutoiement avec le patron

Qu'il soit divisionnaire, brigadier ou chef de l'armée - par son travail, les rencontres avec des militaires de haut rang sont devenues une habitude pour le sdt Müller. «J’ai un statut un peu particulier en tant que conducteur que j’apprécie», dit Müller en riant. Le soldat a maintenant aussi une relation plus étroite avec le div Lucas Caduff. «Récemment, on s'est appelé par nos prénoms.» Et après tant d'heures passées ensemble dans le véhicule, il sait exactement quand le divisionnaire préfère avoir la paix et ne pas parler.

Le sdt Tim Müller sort son téléphone portable de sa poche et le regarde brièvement. Pas de message. Il doit donc continuer à attendre ses prochaines instructions. «Il faut aussi de la patience pour ce travail», dit-il en riant. Le sdt Müller ne voudrait pour rien au monde changer de poste pendant son CR.