print preview Retour Page d'accueil

Un centre de secours de près de 300 places

Entre un pansement, une pilule contre le mal de tête et un cas d'urgence, voyons à quoi sert le centre de secours Cuminaivel a rendu visite à la cp san 7.

22.01.2020 | CUMINAIVEL | ab

200121_Rettungszelt_Export_PPD9365

Un des nombreux bâtiments qui sont apparus de nulle part dans le centre de Davos la semaine dernière est le centre de secours. Il est le fruit de la collaboration entre les autorités civiles grisonnes et la PCi, qui ont remis à l'armée un grand entrepôt bien équipé. Puis les militaires l'ont équipé de leur matériel spécialisé : un cœur militaire à l'intérieur d'un squelette civil.

200121_Rettungszelt_Export_PPD9429
© @VBS/DDPS, Autor: Paritteepan Premraj

«Le centre de secours a deux objectifs - explique le cdt, le lieutenant-colonel Alfio Finochiaro - Tout d'abord, en cas d'événement majeur, il est prêt à offrir les premiers secours; ensuite, toutes les forces de police employées au WEF peuvent rapidement recevoir un premier examen médical». En d'autres termes, qui a besoin d'un cachet pour le mal de tête, d'un sparadrap ou d'un bandage parce qu'il s'est coupé peut être traité. Mais pas pour les soldats qui souffrent de symptômes de la grippe, la contagion est un risque qui ne peut pas être pris au WEF; pour eux, la destination est le Centre médical régional (CMR) de Coire. «Nous avons huit places pour le triage, huit autres où les médecins urgentistes peuvent effectuer de petites interventions, vingt pour traiter des blessures moins graves et enfin 150 à 250 places pour l'hospitalisation selon les besoins», explique encore le lt col Finochiaro.

200121_Rettungszelt_Export_PPD9367
© @VBS/DDPS, Autor: Paritteepan Premraj

Le Rettungszentrum est une installation militaire à part entière ; la seule façon d'y entrer est d'appartenir à la cp san 7, d'être malade ou blessé. Cependant, il existe un troisième billet d'accès: le domaine NBC. A côté du bâtiment principal, une quinzaine de militaires du cp def NBC 10/3 sont en effet en train d'installer une ligne de décontamination en cas de contamination chimique. «Cela n'a aucun sens pour nous d'avoir notre tenue NBC dans notre sac à dos, nous devons la porter, un peu comme les pompiers, révèle le lt Jan Hossli».

Les véhicules médicaux sont également prêts, garés strictement dans le sens de la marche. Tous espèrent pourtant qu’il n’y aura pas besoin de les déplacer...

200121_Rettungszelt_Export_PPD9420
© @VBS/DDPS, Autor: Paritteepan Premraj