print preview Retour Page d'accueil

Cuminaivel : chaque édition est comme une naissance

Grisons - Lucerne - Coire: 300 kilomètres et plus de 1000 exemplaires. De l'impression à la distribution, nous avons suivi le premier jour de vie d'une édition du journal.

21.01.2020 | CUMINAIVEL | ab/lj

Jede Ausgabe ist wie eine Geburt

 

La production de la version papier de Cuminaivel, ainsi que les publications sur l'app, sur Internet, les posts sur Facebook, la Newsletter quotidienne et les photos sur Instagram est préparée pour toutes les troupes de l'armée suisse en engagement subsidiaire par le groupe de communication ad hoc de la Division territoriale 3, qui a été créé spécialement pour le service au WEF. Le voyage de l'édition imprimée de Cuminaivel commence tôt le matin. L’édition quitte la rédaction pour Lucerne par e-mail pour être imprimée. Un agréable voyage à travers les paysages de Suisse orientale, des «Dolomites suisses» du lac de Walenstadt aux îles d'Ufenau et de Lützenau sur le lac de Zurich, avant d'atteindre la «clinique» du Centre d'instruction de l'armée (AAL). Peu après 12 heures, les premiers cris se font entendre. Plus de 1000 exemplaires, 900 en allemand et 145 en français, sont nés, des frères portant le même nom de famille Cuminaivel imprimé sur le dessus en couleur de papier glacé.

Un «chirurgien» silencieux

Depuis onze ans, l'imprimerie située au sous-sol de l'AAL est pratiquement la maison de René Sommerhalder. Ses mains ont également donné naissance à cette édition de Cuminaivel, mais le collaborateur spécialisé du Copy-Center est un chirurgien silencieux qui préfère laisser parler les imprimantes. «Nous produisons entre 2,5 et 3 millions d'exemplaires par an. Il est évident que nous n'imprimons pas seulement Cuminaivel, mais surtout des tracts et des magazines pour les Forces aériennes, ACAMIL, ESCA, EEMG» explique M. Sommerhalder.

Après quelques blagues, on le laisse travailler. S'il n'y avait pas les piles de feuilles de papier de toutes tailles, son bureau pourrait être confondu avec un studio plein de souvenirs. Anciens insignes de l'armée, une baïonnette accrochée au mur, mais aussi une biographie de Keith Richards des Rolling Stones.

«Normalement, il faut trois heures pour imprimer environ 1000 exemplaires, lorsque tout va bien» : un petit problème technique nous oblige à attendre quelques heures de plus à l'imprimerie. Il y a encore beaucoup de souvenirs à contempler dans ce petit musée, mais comme si cela ne suffisait pas, un tableau vintage de Coca Cola suggère ce qu'il faut faire : «Refresh Yourself. Have a cold American style».

Le stagiaire tessinois et «Monsieur Poste»

À peine nos «petits» fraîchement imprimés chargés dans le coffre et il est temps de les ramener à la maison, ou plus exactement au bureau de poste. La poste de Lucerne est chargée de l’envoi aux troupes des Forces aériennes, nous faisons donc un arrêt près de la gare pour livrer une partie de la portée. Nous laissons le stagiaire tessinois de la Poste avec quelques centaines d’exemplaire emballés et prenons le volant pour Coire.

«Je distribue le courrier militaire depuis 40 ans» : c'est ainsi que l’adjudant sous-officier André Kuster se présente avec un salut militaire et une poignée de main chaleureuse, mais pour nous, il est immédiatement «Monsieur Poste». De Coire, les exemplaires destinés à la Div Ter 3 et aux troupes terrestres engagées pour le WEF seront triés. Dans huit ans, l’adj sof Kuster prendra sa retraite - «Peut-être que j'irai à Hawaii» (il plaisante, ndlr) - mais d'ici là, la livraison de Cuminaivel est entre de bonnes mains.