print preview Retour Page d'accueil

La dame des lieux

La sergent-major chef Riccarda Schweiger est responsable de loger plusieurs centaines de militaires et, partant, de l’ordre dans l’un des plus grands cantonnements des troupes engagées pendant le WEF. Cuminaivel a eu droit à une visite des lieux de sa part.

20.01.2020 | CUMINAIVEL | rb/fe

La dame des lieux

 

Garantir la bonne marche du service pour l’ensemble de la compagnie est une mission exigeante. Faire la même chose pour plusieurs personnes demande, outre une planification encore plus précise, une bonne dose de flexibilité et une capacité à comprendre rapidement l’ensemble de la situation pour répondre aux différents besoins. C’est à ces difficultés que la sgtm chef Riccarda Schweiger est confrontée. Âgée de 23 ans et effectuant son premier CR, elle est la principale responsable d’un cantonnement dans la région de Davos, dans lequel plusieurs centaines de militaires passent la nuit au mois de janvier. «Nous travaillons 24 heures sur 24», déclare la sgtm chef Schweiger en nous conduisant dans ce grand cantonnement, où logent plusieurs compagnies ou leurs détachements.

Un virus serait un cauchemar


En sa fonction de sergent-major chef, Riccarda Schweiger a toujours fort à faire lorsque des difficultés se font jour dans la gestion du cantonnement. Pour garder une vue d’ensemble, elle donne chaque jour un rapport avec les informations importantes à transmettre aux sergents-majors et aux fourriers des compagnies. Ainsi, elle reçoit aussi un retour de la part des troupes. Parmi les nombreux défis auxquels la sgtm chef doit faire face actuellement figurent l’hygiène et la répartition des chambres. «Si un virus se déclarait, ce serait un cauchemar. Il y a tellement de personnes et il n’y a presque plus aucun lit de disponible.» La sgtm chef Schweiger ne rechigne cependant pas à pallier ou à résoudre chaque jour de nouveaux problèmes: «J’aime les défis. Le travail exigeant de l’armée me permet de prouver à moi-même de quoi je suis capable», explique-t-elle avec assurance. Pendant la visite, elle se montre à la hauteur de sa mission: elle donne des renseignements et des ordres, mais ramasser des papiers et des cartons vides dans les couloirs et les jeter ne la dérange pas.

La seule femme

Une particularité du cantonnement: la sgtm chef Schweiger est la seule femme parmi les autres militaires. «Ce n’est pas un problème, car tous ont autant de respect pour moi que pour les autres», rassure-t-elle. Cependant, elle trouve dommage qu’il n’y ait pas plus de femmes dans l’armée et que celles qui y sont ne gradent pas. «L’armée donne la chance de renforcer sa confiance en soi et de faire beaucoup d’expériences, qui peuvent se révéler utiles dans le civil.»