print preview Retour Page d'accueil

Le WEF: la meilleure publicité pour Davos

Pendant le WEF, tous les hôtels de Davos sont pris d’assaut, et l’absence quasi totale des vacanciers et des voyageurs d’un jour est notable. Néanmoins, le congrès est du pain bénit pour le tourisme.

14.01.2020 | CUMINAIVEL | sf/fe

Tourismus Davos

 

Skis sur les épaules, bâtons dans les mains, un groupe d’adolescents absorbés dans leur discussion quitte à jambes fatiguées la station inférieure du funiculaire de Parsenn pour rejoindre l’arrêt de bus. Pareille scène sera bientôt rare: la semaine prochaine, on ne verra plus que des messieurs vêtus d’un complet, arborant une mine sérieuse, de même que des dames élégamment habillées, suspendues à leur portable, courir à la prochaine réunion.

Pendant le WEF, une véritable déferlante de femmes d’affaires et de représentants d’États s’abat sur Davos… entre autres! «De plus en plus de délégations logent désormais à Klosters ou plus bas dans la vallée du Prätitigau», explique Jean-Pierre Galey, chef du conseil clients de l’association touristique de Davos et Klosters. «À Davos, les hôtels de deux à cinq étoiles affichent tous complet.»

Seuls ceux qui ont beaucoup de chance ou un portefeuille bien garni trouvent encore une maison de vacances. Un coup d’œil sur AirBnB révèle que quiconque cherchant une chambre pour le WEF devra s’acquitter de 1500 francs par nuit. À l’inverse de quelques militaires, tout le monde ne se voit malheureusement pas offrir le gîte et le couvert à l’endroit idéal.

La tenue du WEF fait disparaître la plupart des touristes adeptes des sports de neige. Le bon travail de contrôle qu’effectuent l’armée et la police pour sécuriser la région autour de la station alpine participe à cette disparition. «À vrai dire, skier à Davos pendant le WEF est réservé aux initiés», affirme M. Galey en souriant.

À Davos, le secteur du tourisme peut se frotter les mains. Même si les hôtes habituels ont disparu, la présence médiatique que procure chaque année l’événement à la station est, quant à elle, inestimable. «Les chaînes de télévision du monde entier diffusent les belles montagnes autour de Davos dans leurs reportages», jubile M. Galey. Voilà des années que cette visibilité augmente l’attrait de la ville à l’international. «Quand j’étudiais le marché du tourisme russe dans les années 90, on connaissait la Suisse surtout en raison du WEF», relève M. Galey.

Bien entendu, la rencontre a aussi des retombées financières: en 2017, les sommités des secteurs politique et économique ont permis de générer rien qu’à Davos un chiffre d’affaires total de 60 millions de francs. Pour quatre jours de réseautage, c’est une belle somme.

Lorsque PDG, ministres et leaders d’opinion s’en seront allés, les montagnes davosiennes verront réapparaître les vacanciers.