Retour Page d'accueil

Les spécialistes de montagne établissent des modèles d’avalanche

Les spécialistes de montagne de l’armée soutiennent l’Institut pour l’étude de la neige et des avalanches (Schweizerische Lawinenforschungsinstitut, SLF) dans son travail au quotidien. Pour analyser les couches de neige, ils ont besoin de données ultra-précises.

25.01.2018 | fe

GebSpez_Uebung_04
(jw)

 

Actuellement, les importantes chutes de neige mettent les spécialistes de montagne à rude épreuve. Outre le sauvetage en montagne, l’une de leur mission consiste à établir des modèles d’avalanche. Et ces temps, les soldats ont du pain sur la planche. Dans les villages des montagnes suisses, il a neigé comme rarement au cours des derniers jours. Les annonces de voies ferrées bouclées, les routes impraticables et les stations de vacances prises dans la neige, comme Zermatt, pullulent sur les portails d’informations. Les chutes de neige fraîche font également grimper les risques d’avalanche dans les Alpes suisses. Selon l’Institut pour l’étude de la neige et des avalanches (Schweizerische Lawinenforschungsinstitut, SLF), ce risque est actuellement «fort» à Davos, soit le deuxième degré le plus élevé (4/5). Pour établir ce genre de bulletin d’avalanches, le SLF recourt à différentes sources. En Suisse, plus de 200 stations de mesures livrent des données météorologiques sur le manteau neigeux. Les informations les plus importantes ne viennent cependant pas de ces stations, mais des experts, qui analysent les couches de neige avec précision.

 

Parmi ces experts figurent, outre des physiciens du SLF, les spécialistes de montagne de l’Armée suisse. Bien qu’elle ait délégué sa responsabilité d’observation des avalanches au SLF en 1945, l’armée continue de former des spécialistes en avalanche pour l’assister dans son travail. «Chez nous, la journée commence généralement vers 06h00. Après avoir mis les skis, nous partons dans les pentes enneigées pour contrôler la sécurité du manteau neigeux. Nous faisons le point sur la situation deux fois par jour», explique le capitaine Paschina. Pour établir un modèle d’avalanche, les soldats doivent creuser un trou afin d’analyser avec précision toutes les couches de neige. «Nous mesurons entre autres la consistance et la température de la neige. Et les spécialistes de montagne examinent la neige littéralement à la loupe pour analyser les cristaux. Toutes ces données nous renseignent sur le profil de neige», explique le lieutenant-colonel Nyffeler. Bien qu’il soit possible de nos jours d’établir des modèles comportant beaucoup de données, le risque d’avalanche ne doit pas être exclu. Jusqu’à présent, nous ne sommes pas encore parvenus à maîtriser la neige.    

Cuminaivel

Pendant le WEF, la police et l’armée collaborent pour assurer la sécurité. Elles gèrent ensemble le portail d’information Cuminaivel destinée aux forces de sécurité. Vous y trouverez des articles sur des évènements d’actualité et apprendrez à connaître les personnes qui travaillent dans les coulisses du WEF.

Cuminaivel