print preview Retour Commandement de l'Instruction

L’Armée suisse tire un bilan positif de son engagement d’appui en Grèce.

L’Armée suisse a terminé son engagement d’appui qui visait à combattre les incendies en Grèce. Les responsables du commandement des Opérations et des Forces aériennes le considèrent comme une réussite. Cela est également révélateur du fonctionnement sans faille de la collaboration avec tous les partenaires. L’armée a ainsi pu montrer la rapidité, la flexibilité et la compétence avec lesquelles elle mène à bien ses missions.

18.08.2021 | Communication Défense, Roland Studer

Trois militaires de l’Armée suisse effectuent les derniers préparatifs du Bambi Bucket en vue du prochain engagement d’extinction en Grèce avec le Super Puma. ©EDA/DFAE, Mark Hauser

386 tonnes d’eau d’extinction, 266 rotations pendant 75,5 heures de vol avec trois Super-Pumas, 216 jours-hommes effectués par 25 militaires des Forces aériennes suisses, trois spécialistes de la lutte contre le feu de la Formation d’application génie/sauvetage/NBC et, enfin, quatre membres du Corps suisse d’aide humanitaire. Ces chiffres éloquents suffisent à montrer l’ampleur de l’engagement de lutte contre le feu en Grèce qui a duré une dizaine de jours. L’Armée suisse vient de terminer avec succès l’intervention qu’elle a menée aux côtés de la brigade du feu grecque sur les presqu’îles d’Eubée et du Péloponnèse. Le détachement suisse est rentré en Suisse le lundi 23 août.

Rapidité, motivation et flexibilité

Avec un peu de recul, les responsables du commandement des Opérations et des Forces aériennes ne cachent pas leur satisfaction quant à l’engagement accompli dans le cadre de l’aide humanitaire apportée par la Suisse à la Grèce. Le colonel EMG Urs Loeffel, chef du groupe d’opération C au quartier général, et le lieutenant-colonel Pascal Hügli, commandant opérationnel du détachement militaire d’aide en cas de catastrophe sur place, tirent un bilan en tout point positif de cet engagement.

Les deux officiers soulignent la rapidité et la motivation dont ont fait preuve les militaires pour répondre sans hésiter à la demande d’intervention d’appui à l’étranger en faveur de la population en détresse adressée dans un délai très court par le DFAE. Et l’armée a engagé en Grèce en très peu de temps et avec toute la flexibilité requise le module de lutte contre les incendies de forêt. Tant les déroulements de planification que les mesures de disponibilité permanente ont prouvé leur efficacité.

Capacité et volonté, des qualités essentielles

Les deux officiers en charge de l’engagement insistent sur la collaboration professionnelle et efficace qui a parfaitement fonctionné pendant l’intervention. Et c’est valable pour tous, sans exception : spécialistes de la lutte contre les incendies de l’armée, équipages des hélicoptères des Forces aériennes, brigade du feu hellénique, travail d’équipe civilo-militaire entre la DDC du DFAE et le commandement des Opérations du DPPS d’une part et entre le détachement d’engagement et l’équipe d’intervention rapide de l’aide humanitaire d’autre part.

Au sein du détachement suisse, le lieutenant-colonel Hügli mentionne que l’appui fourni par le quartier général fut comme toujours « extrêmement précieux ». Grâce à lui, les forces d’intervention sur place ont pu concentrer tous leurs efforts sur les missions à accomplir. Les collaborateurs expérimentés quels que soient leur échelon et leur fonction, qu’ils appartiennent au quartier général ou à l’équipe de volontaires ADRIANA, ont impressionné par leurs compétences et leur motivation, pour reprendre les termes des deux officiers. D’ailleurs, la capacité et la volonté sont deux qualités essentielles qui distinguent la grande disponibilité de l’armée.

Une aide rapide et efficace

Le lieutenant-colonel Pascal Hügli se souvient en particulier du dernier largage d’eau ; survolant à bord de son Super Puma et à relativement basse altitude un foyer où une cinquantaine de maisons étaient la proie des flammes, il a jeté un rapide coup d’œil en bas : « J’ai vu les infrastructures et la nature ravagées. J’ai pris alors la pleine mesure de la tragédie qui se jouait pour ces habitants qui voyaient désormais leur vie bouleversée, et pour longtemps », dit-il avec émotion.

Le commandant en charge de la conduite de l’engagement se montre d’autant plus satisfait au moment de jeter un coup d’œil rétrospectif sur l’engagement de l’armée en Grèce, même si tous les incendies n’étaient pas tous éteints lors du retour des militaires en Suisse. « Lorsqu’on avait besoin de nous, nous étions prêts à intervenir rapidement et avec efficacité avec un petit groupe », dit-il à l’heure de tirer le bilan de l’engagement. Le colonel EMG Urs Loeffel ne manque pas de souligner que c’est à la fois l’entraînement des procédures d’engagement, une approche pragmatique et l’esprit de camaraderie qui règne au sein de l’armée qui ont permis de mener à bien cette mission.