print preview Retour Commandement de l'Instruction

Quand les jours de l'année suffisent à peine – Aperçu de l'organisation de la musique militaire

La musique militaire joue toujours un rôle important dans les manifestations militaires. Elle est l’ambassadeur et véhicule l'image de l'Armée suisse. La virtuosité musicale joue un rôle important, tout comme la coordination des nombreux services d’honneur, défilés et tournées en Suisse et à l'étranger. Aperçu de la formation et de l'organisation de la musique militaire.

20.05.2019 | Texte: Communication Défense, Giorgo Krüsi; Photos: CME, musique militaire, Giorgio Krüsi

L'ER musique militaire 16-1/2019 jour les hymnes nationaux pour la visite du chef de l'état-major général des Forces armées autrichiennes Robert Brieger (Utzenstorf, le 9 mai 2019).

La musique militaire de l'Armée suisse est très demandée, comme en témoignent les 500 demandes d’engagement en provenance de Suisse et de l'étranger que le Centre de compétence Musique militaire reçoit chaque année. Grâce au système de milice, elle a la chance d'être en mesure de répondre aux nombreuses demandes, puisque la musique militaire peut compter sur un bassin de musiciens formés dès le tout premier jour de service. Après un examen d'entrée technique, ils obtiennent une place permanente dans l'armée, et les plus talentueux d'entre eux servent dans l'un des quatre orchestres d'élite qui composent l'armée.

Services d’honneur, tournées, maisons de retraite et écoles

La musique militaire est engagée en particulier pour les cérémonies militaires telles que les rapports annuels des grandes unités, les promotions ou les cérémonies de drapeaux, mais aussi dans le cadre des services d’honneur pour les visites d'État, comme la récente visite du chef d'état-major des Forces armées autrichiennes, Robert Brieger, le 9 mai. Au château de Landshut à Utzenstorf (BE), un détachement de l'ER musique militaire 16-1/2019 faisait partie de la formation d’honneur qui était conduite par le chef de l'armée, le commandant de corps Philippe Rebord, et son invité de Vienne. Une performance parfaite et une fanfare exemplaire allaient de soi en ce jeudi de mai.

Non moins importants sont les concerts individuels ou les tournées dans le pays et à l'étranger, en partie avec des défilés et des chorégraphies typiques des festivals tattoos. Si l’agenda le permet, les musiciens de l'armée se produisent également dans les maisons de retraite ou dans les écoles et enthousiasment petits et grands.n en Suisse qu'à l'étranger, une année suffit à peine, fait remarquer le lieutenant-colonel Patrick Robatel.  

Ozeanien_2018_AUS_Sydney_PR_II
Le lieutenant Brian O'Kane, directeur musical du Royal Australian Navy Band, félicite le lieutenant-colonel Patrick Robatel, chef de l'engagement de la musique militaire, pour avoir conduit la délégation suisse à Sydney (août 2018).

L'organisation en tant que grand puzzle

Sur les 500 demandes soumises chaque année, environ 70 % peuvent recevoir une réponse positive. Donc, pour que les musiciens militaires soient au bon moment au bon endroit afin de pouvoir faire face à cet afflux massif de requêtes, il faut une planification minutieuse. Les collaborateurs du Centre de compétence Musique militaire sont également chargés de coordonner tous les rendez-vous et d'aider les formations musicales respectives à faire face à leurs missions. Le commandant remplaçant et chef d’engagement du Centre de compétence en musique militaire, le lieutenant-colonel Patrick Robatel, estime que son travail est le résultat d'un grand puzzle, compte tenu également des nombreuses tâches à maîtriser. Il se réjouit néanmoins des nombreux échanges qu'il entretient au quotidien : «J'ai la chance d'être en contact étroit avec toutes les régions de Suisse et avec de nombreux organisateurs, mais aussi avec les Suisses de l'étranger et avec nos ambassades en Suisse».

Ainsi, il arrive que le commandant remplaçant du Centre de compétences Musique militaire soit en contact dès 6 heures le matin avec Sydney, à midi avec Moscou et le soir avec Washington. Il a par exemple aussi soutenu l'ambassade suisse à Pékin dans sa demande aux collègues chinois de jouer une partition suisse lors de la visite du président de la Confédération, Ueli Maurer, fin avril.

Les missions au sein du Centre de compétences Musique militaire sont exigeantes. Pour répondre à la forte demande, aussi bien en Suisse qu'à l'étranger, une année suffit à peine, fait remarquer le lieutenant-colonel Patrick Robatel.  

Photos

Thèmes associé

Musique militaire